DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Créer un droit européen pour se déconnecter du travail

Access to the comments Discussion
Par Jack Parrock
euronews_icons_loading
Créer un droit européen pour se déconnecter du travail
Tous droits réservés  Julian Stratenschulte/(c) Copyright 2021, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

Avec la pandémie et les restrictions de mouvement, le travail s’est invité dans les maisons. Les outils numériques professionnels sont omniprésents et il devient de plus en plus difficile de se déconnecter. Le Parlement européen appelle à créer un droit à la déconnexion et à éviter toute mesure de rétorsion de la part de l’employeur.

"Nous sommes dans la situation où la législation a été écrite à un moment où la numérisation n’avait pas autant d’importance dans nos vies", explique le rapporteur du texte, l’eurodéputé Alex Agius Saliba (S&D). Ce document est au début de son parcours institutionnel. Les groupes politiques ont encore différentes interprétations de ce principe et différentes évaluations sur les mesures à prendre.

Un amendement suggère de lier le droit à la déconnexion à la mise en œuvre de l’accord 2020 sur la numérisation de la main d’œuvre européenne. Les syndicats veulent éviter tout délai inutile. "Nous parlons d’un délai de plus de 8 ans pour que la Commission agisse. Et c’est inacceptable de reporter la protection, une protection nécessaire pour les travailleurs en cette situation de crise", précise Isabelle Schömann de la Confédération européenne des syndicats.

Les statistiques sont peu nombreuses sur l’épuisement professionnel dans l’UE. Mais des études d’Eurofund réalisées avant la pandémie estiment qu’au moins 10% des travailleurs dans les Etats membres ont connu certains des symptômes du burnout. Les professionnels de santé soulignent que les thérapies ne peuvent vraiment commencer qu’après avoir déconnecté pendant plusieurs semaines. "C’est vraiment très difficile pour les personnes en burnout de se dire : il faut que j’arrête. Il y a beaucoup de culpabilité ", explique la psychologue Stéphanie Leblanc.

Les employés devront tout de même faire preuve de patience. Avec cette résolution le Parlement n’a pas la main pour imposer ce texte à l’agenda politique de la Commission européenne et des Etats membres. Or l’aval des deux institutions est nécessaire pour que ce texte puisse devenir loi.

Journaliste • Grégoire Lory