DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La culture européenne doit se remettre debout, elle a perdu un tiers de son chiffre d'affaires

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP, EFE
euronews_icons_loading
La culture européenne doit se remettre debout, elle a perdu un tiers de son chiffre d'affaires
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Avant la pandémie de Covid-19, c'était un poids lourd économique européen, mais le secteur de la culture et de la création a été plus durement touché que tout autre secteur d'activité, à l'exception de l'aviation.

C'est la conclusion d'une étude réalisée par le cabinet de consultants Ernst § Young, réseau international d'audit, qui affirme qu'un investissement majeur des Européens est indispensable pour aider le secteur à se relever.

Aider la culture est un des vecteurs d'une reprise globale et le temps presse, car elle a donc perdu 31% de son chiffre d'affaires en raison de la crise sanitaire.

"35% de leurs revenus, principalement en droits d'auteur, ont été perdus à cause des fermetures, des retards de production. Et cet effet, cette conséquence économique durera jusqu'en 2021/2022. Cela signifie l'impossibilité d'investir, d'investir dans la création, dans l'innovation. C'est un monde d'indépendance, de petites entreprises et bien sûr d'artistes, d'individus qui est touché... La capacité de créer et de gagner sa vie en le faisant sera très très difficile pour les années à venir", explique l'auteur de l'étude, Marc Lhermitte, d'EY.

Les chiffres présentés dans cette étude battent en brèche certaines idées reçues autour d'une activité parfois dite non-essentielle.

"L'économie culturelle est un puissant levier d'exportation et de rayonnement pour l'Union Européenne, les exportations de biens culturels représentant plus de 28,1 milliards d'euros en 2017", peut-on lire.

Avec des revenus "estimés à 643 milliards d'euros et une valeur ajoutée générée de 253 milliards d'euros en 2019, les Industries culturelles et créatives (ICC) représentaient ainsi 4,4 % du PIB de l'UE en termes de chiffre d'affaires". Soit une "contribution économique supérieure à celle des télécommunications, de la haute technologie, de l'industrie pharmaceutique ou de l'industrie automobile".

Le rapport indique que le spectacle vivant a chuté de 90 % et que l'industrie de la musique s'est effondrée de 76 %. Alors qu'en 2019, les ICC avaient généré environ un excédent de 8,6 milliards d'euros dans l'Union européenne.

Les professionnels du secteur demandent que 2 % du plan de relance européen, soit 15 milliards d’euros, leur soient consacrés.