DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pologne : grève inédite des médias indépendants contre un projet d'impôt sur la publicité

euronews_icons_loading
Pologne : grève inédite des médias indépendants contre un projet d'impôt sur la publicité
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Un écran noir et le silence pour dénoncer le projet d'impôt sur la publicité qu'entend mettre en place le gouvernement polonais.

Une cinquantaine de médias indépendants ont décidé de bloquer mercredi leurs contenus pendant 24 heures. Chaîne de télévision, radios, sites internet, tous dénoncent un racket qui menace disent-ils leur existence. Le projet, débattu par le gouvernement, prévoit notamment qu'une partie des revenus provenant de la publicité fasse l'objet d'un nouvel impôt destiné, entre autres, à la lutte contre la pandémie du Covid-19.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré récemment que l'impôt faisait partie des efforts déployés à l'échelle européenne pour taxer les géants mondiaux de la technologie comme Google ou Facebook.

"Cet impôt concernera aussi bien les géants d'internet internationaux, que des grands groupes privés, mais également la télévision publique polonaise", a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement Piotr Müller. Ce sont des sociétés "qui sont très riches et qui peuvent se permettre de partager leurs revenus de manière solidaire", a-t-il dit.

"Nous ne voulons pas attendre plus longtemps et nous mettons en oeuvre des solutions qui , doivent répondre à ce nouveau monde numérique qui apparaît dans les fenêtres de nos téléviseurs, ordinateurs et téléphones. Il est impossible que les pauvres deviennent de plus en plus pauvres parce que les riches deviennent plus riches. Ils doivent eux aussi participer au développement socio-économique" explique Mateusz Morawiecki, le Premier ministre polonais.

L'opposition libérale pro-européenne dénonce la volonté des conservateurs de faire main basse sur les médias privés. C'est une attaque dit-elle contre la liberté de la presse : "Je perçois l'attaque contre les médias indépendants comme une tentative d'introduction de la censure d'une part, mais surtout comme une tentative des autorités de se mettre hors de tout contrôle" souligne Borys Budka, dirigeant de la Plateforme Civique.

Ce nouvel impôt et cette grève inédite des médias indépendants polonais sont suivis de très près par la Commission européenne : "Nous sommes conscients des préoccupations générales des médias polonais, et si je puis dire, nous avons vu les écrans noirs. Nos inquiétudes concernant le pluralisme des médias en Pologne sont bien connues et ont été exposées, comme vous le savez, dans notre rapport sur l'État de droit" indique Christian Wigand, porte-parole de la Commission.

Taxer la publicité, c'est déjà le cas en Hongrie. Cet impôt a été mis en place dès l'arrivée au pouvoir de Viktor Orbán en 2014. Objectif : contrôler les médias.

Dernière victime en date de la politique de censure de Budapest : Klubradio. La dernière grande radio indépendante de Hongrie, critique du pouvoir, cessera d'émettre sur la bande FM le 14 février pour basculer sur le web.

Sources additionnelles • AFP