DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nouvelle journée de manifestations en Birmanie

euronews_icons_loading
Nouvelle journée de manifestations en Birmanie
Tous droits réservés  AP/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Au lendemain d'une journée de répression qui a fait deux morts en Birmanie, la plus meurtrière depuis le coup d'état, les manifestants se sont à nouveau réunis ce dimanche.

Depuis le 1er février et le putsch fomenté par les militaires, le mouvement pro-démocratie ne faiblit pas. Les généraux également semblent décidés à ne rien lâcher.

"Nous devons être stratégiques. Même si nous sommes en colère, nous ne devons pas répondre par la colère. Le Mouvement de désobéissance civile (CDM) n'est qu'une des armes que nous devrions utiliser. C'est pourquoi nous faisons des grèves aujourd'hui et nous en ferons demain. Nous n'arrêterons jamais", explique un jeune manifestant dans les rues de Rangoun.

Une jeune fille abonde : "mes parents étaient contre le coup d'État militaire pendant la révolution de 1988, je dois aussi m'opposer aujourd'hui à cette dictature. Si nous mettons un terme la résistance à l'armée cette fois-ci, la prochaine génération vivra sous la dictature militaire. Donc, nous devons continuer notre mouvement".

Ce dimanche va se dérouler l'enterrement d'une jeune épicière de 20 ans, Mya Thwate Thwate Khaing, mortes des des suites de ses blessures . Elle est devenue une icône de la résistance à la junte au pouvoir.

Sur Twitter, le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres a jugé inaceptable le recours à la force meurtrière.

Malgré les protestations internationales, on estime à environ 570 le nombre d'arrestations depuis trois semaines, d'après une ONG d’assistance aux prisonniers politiques. Seules une quarantaine de personnes auraient depuis été libérées.