This content is not available in your region

L'heure du dialogue en Géorgie ? C'est l'appel lancé par le nouveau Premier ministre

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Irakli Gharibachvili, Premier ministre de Géorgie, 23 février 2021
Irakli Gharibachvili, Premier ministre de Géorgie, 23 février 2021   -   Tous droits réservés  AP Photo

En Géorgie, le nouveau premier ministre a justifié l'assaut de la police contre le siège du parti d'opposition du pays et l'arrestation musclée du leader du Mouvement National Uni, Nika Melia.

Dans un contexte d'escalade de la crise politique, Irakli Gharibachvili a appelé au "dialogue, pas à la confrontation".

"Aujourd'hui, maintenant que la loi a été appliquée et que l'État a pris la place qui lui revient, je voudrais appeler toutes les forces politiques qui tiennent à ce pays à ouvrir un dialogue réel et sérieux et à parler non pas de ce qui nous divise, mais de ce qui doit nous unir. Dans le contexte des défis auxquels le pays est confronté, il est temps de dialoguer et non de s'affronter".

Irakli Gharibachvili est en poste depuis lundi. Il a été nommé après la démission du Premier ministre, Giorgi Gakharia, qui a mentionné un désaccord au sein du parti au pouvoir sur l'application de la décision judiciaire, rendue la semaine dernière, de placer Nika Melia en détention.

Mardi après-midi, des milliers de manifestants ont monté des tentes devant le Parlement géorgien et bloqué l'avenue principale de la capitale pour protester contre l'arrestation du chef du parti d'opposition. Ils ont réclamé sa libération et pour la plupart l'organisation de nouvelles élections législatives, comme le Mouvement national Uni le fait depuis des mois, en raison de soupçons de fraudes lors du scrutin d'octobre dernier.

Nika Melia a été arrêté parce qu'il est accusé d'avoir organisé des violences de masse lors de manifestations en 2019. Il risque jusqu'à 9 ans de prison, mais rejette ces accusations qu'il qualifie de politiques.

Des dizaines d'autres arrestations ont eu lieu au cours de l'intervention des forces de l'ordre géorgienne, et ont été dénoncées par les alliés occidentaux de la Géorgie.