DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Terrorisme : l'Etat autrichien poursuivi, des victimes réclament des dommages et intérêts

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Terrorisme : l'Etat autrichien poursuivi, des victimes réclament des dommages et intérêts
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Des parents des victimes de l'attaque terroriste de Vienne réclament des dommages et intérêts à l'Etat autrichien.

Quatre mois après l'attaque, les plaignants reprochent notamment aux autorités la libération anticipée du terroriste qui avait été condamné pour avoir tenté de rejoindre l'Etat islamique en Syrie.

Le père de Wendy a été tué dans l'attaque, elle est l'une des plaignantes.

Wendy, fille d'une victime de l'attentat de Vienne : "Mon père a entendu des coups de feu et il a essayé de se mettre à l'abri. Il a essayé de verrouiller la porte. Et le terroriste a du repérer un mouvement parce que nous avons des portes en verre et il a tiré dessus. C'est à ce moment-là que mon père est mort."

L'avocat qui représente Wendy et seize autres plaignants réclame 1,5 millions d'euros pour ses clients.

Karl Newole, avocat : "Les victimes sont ballottées d'une administration à l'autre, obligées de remplir des formulaires et reçoivent 2 200 euros. Des monuments sont inaugurés, des projets de loi annoncés, mais ceux qui souffrent de cet attentat de sont pas vraiment aidés."

Wendy, fille d'une victime de l'attentat de Vienne : "Il ne s'agit pas d'argent, mais de pousser l'Etat à dire et à faire quelque chose, pas seulement d'inaugurer des plaques commémoratives et de tout réduire au silence."

Une commission d'enquête a pointé du doigt les erreurs de l'Etat dans la lutte contre le terrorisme.

Franz Merli est membre de cette commission.

Franz Merli, professeur de droit constitutionnel : "L'été dernier des djihadistes se sont réunis à Vienne, l'auteur de l'attaque était présent, mais cela n'a pas été pris en compte, l'évaluation des risques est intervenue bien trop tard."'

Le deux novembre dernier, le terroriste a été tué par les services de sécurité.

Deux suspects sont poursuivis pour complicité et une enquête est ouverte contre des agents des services de renseignement.

Johannes Pleschberger, Euronews : "Le ministère public enquête sur au moins deux agents des services secrets. Une enquête qualifiée d'erreur par la présidente de la commission qu'on veut tout mettre sur le dos des agents".