DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La République tchèque se débat avec le Covid-19

Access to the comments Discussion
Par Jiri Skacel
euronews_icons_loading
La République tchèque se débat avec le Covid-19
Tous droits réservés  AP / Petr David Josek
Taille du texte Aa Aa

Prague continue de se barricader face au Covid-19.

Avec plus de 15 000 contaminations par jour et plus de 21 000 morts, la République tchèque fait partie des pays les plus touchés au monde. Résultat : un confinement strict et des hôpitaux saturés avec plus de 8000 patients soignés, un record depuis le début de la pandémie.

"De nombreuses personnes travaillent dans les usines où le télétravail est difficile à mettre en place. Le succès du confinement est maintenant crucial, tout comme les tests et les autres mesures qui permettront de résoudre les problèmes de cas de covid dans les entreprises" indique le sociologue tchèque Daniel Prokop.

Les tests sont désormais obligatoires dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés. C'est le cas de la célèbre brasserie Pilsner qui emploie plus de deux mille personnes dont 1000 à Pilsen.

"Nous avons déjà commencé le dépistage volontaire depuis la semaine dernière. Les tests massifs de tous nos employés commenceront la semaine prochaine et se termineront le 12 mars" souligne Rudolf Slehofer, directeur de Pilsner Urquell.

10 000 entreprises tchèques sont concernées par la mesure soit plus de 2 millions de personnes. Mais pour le sociologue Daniel Prokop, ce dépistage massif arrive trop tard et n'est pas suffisant : "En République tchèque, nous nous sommes trompés et nous avons choisi la stratégie qui consiste à maintenir la pandémie dans des chiffres moyens. Cela nous échappe toujours : les restrictions sont faites trop tard, ne sont pas suffisantes et sont relâchées trop tôt".

L'accent est aussi mis sur la vaccination qui a commencé ici juste après Noël avec les personnes âgées.

Jusqu'à présent, 250 000 personnes, principalement du personnel médical et des personnes âgées de plus de 80 ans, ont reçu une deuxième injection. Le gouvernement prévoit d'intensifier son programme de vaccination; avec l'ouverture de centres supplémentaires où les médecins locaux pourront vacciner.