This content is not available in your region

Un avion d'Air France repeint en vert par des militants de Greenpeace

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Un avion d'Air France repeint en vert par des militants de Greenpeace
Tous droits réservés  Denis Meyer/AP

Des membres de Greenpeace ont partiellement repeint en vert vendredi un avion Air France stationné à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle à Roissy, en accusant le gouvernement de "greenwashing" sur les enjeux environnementaux autour du trafic aérien, a constaté l'AFP.

La compagnie aérienne et le gestionnaire des aéroports parisiens, le groupe ADP, ont annoncé qu'ils portaient plainte.

Neuf militants de l'ONG, vêtus de jaune ou de blanc, ont escaladé vers 09h00 le grillage du tarmac de l'aéroport et se sont déployés autour d'un avion Boeing 777 de la compagnie Air France, stationné au sol et sans passager à bord.

A l'aide d'un rouleau monté sur une immense perche, ils ont repeint en vert pendant une dizaine de minutes une partie de l'appareil, a constaté l'AFP.

"Y a-t-il un pilote pour sauver le climat ?"

Par cette action, ils entendaient illustrer le "greenwashing" - "écoblanchiment", en français - soit l'utilisation fallacieuse, selon eux, d'arguments faisant état de bonnes pratiques écologiques.

Debout sur une aile, plusieurs militants ont déployés des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "y a-t-il un pilote pour sauver le climat ?" ou "la solution : moins d'avions".

La gendarmerie des transports aériens est rapidement intervenue pour interpeller les activistes. Certains, juchés sur le toit ou l'aile, refusaient de descendre.

"On est là aujourd'hui pour dénoncer le greenwashing du gouvernement sur les enjeux de régulation et de réduction du trafic aérien et le manque d'ambition du projet de loi climat et résilience" qui est "une coquille vide", a déclaré à l'AFP Sarah Fayolle, chargée de campagne transport à Greenpeace France. "Le gouvernement met en avant l'avion vert comme la solution miracle permettant de rendre le secteur compatible avec la crise climatique", a-t-elle ajouté.

Le projet de loi pour le climat, qui reprend certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat, sera débattu à l'Assemblée fin mars et en commission spéciale dès lundi.

Dans un communiqué, Greenpeace a demandé aux députés d'aller plus loin, pour ne pas "continuer comme avant, sans remettre en question un modèle de développement basé sur une croissance du trafic sans limite et intenable pour le climat". L'ONG demande également que l'État soutienne la reconversion des salariés du secteur.

Air France a annoncé en fin de matinée avoir "immédiatement déposé une plainte auprès des services de la Gendarmerie des transports aériens" (GTA). "Cette action enfreint toutes les règles de sûreté de l'aéroport et a causé des dégradations significatives sur l'appareil", a affirmé la compagnie dans une déclaration envoyée à l'AFP.

ADP a également indiqué qu'il allait "porter plainte" après cette "action irresponsable et potentiellement dangereuse" qui "constitue un délit". "La sécurité aérienne n'est pas remise en cause et le trafic aérien continue normalement", a précisé le gestionnaire.

"La transition écologique du transport aérien, dans laquelle Air France est profondément engagée avec des objectifs forts et des réalisations concrètes, mérite d'être menée dans un esprit de dialogue et de responsabilité avec l'ensemble des parties prenantes", a souligné pour sa part la compagnie aérienne.

Le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari avait auparavant évoqué des "poursuites pénales" sur Twitter en réaction à l'opération de Greenpeace.