DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les Européennes à la pointe de la recherche

euronews_icons_loading
Les Européennes à la pointe de la recherche
Tous droits réservés  ANDREA SABBADINI/AFP
Taille du texte Aa Aa

Les femmes sont en première ligne depuis le début de la pandémie. Si elles sont particulièrement visibles dans le domaine de la santé, elles ont aussi un rôle majeur dans le secteur de la recherche. La Hongroise Katalin Karikó est en quelque sorte la mère de la technologie ARN messager. Cette technique est employée dans deux vaccins validés contre le covid-19.

Katalin Karikó défend cette solution depuis des années dès son arrivée en 1989 à l’université de Pennsylvanie, quitte à avancer à contre-courant. "C'était alors la décennie de la thérapie génique et tout le monde voulait utiliser l'ADN et j'étais en quelque sorte l'intrus", explique-t-elle. Ses travaux se sont révélés essentiels pour le développement du vaccin de BioNTech/Pfizer.

Katalin Karikó n'est pas la seule femme dont le rôle a été essentiel dans la lutte contre la pandémie. Maria Rosaria Capobianchi dirige une équipe de plus de 50 personnes au laboratoire de virologie Lazzaro Spallanazi. Son groupe fut le premier à isoler le virus du covid-19. "Isoler le virus du premier patient que nous avons observé en Italie était un point d'arrivée, c'était un épisode parmi d'autres. Ce n'était pas le plus difficile", tempère la chercheuse italienne.

Katalin Karikó et Maria Rosaria Capobianchi reconnaissent que la maternité est le principal obstacle dans une carrière scientifique. "L'unique fois où j'ai souffert d'être une femme c'est lorsque j'ai décidé d'être mère pour la première fois. C'est un moment difficile de trouver l'équilibre entre l'enseignement, la recherche et toutes les obligations liées au rôle de mère", souligne Maria Rosaria Capobianchi.

Leur expérience est commune à de nombreuses femmes. La maternité ralentit des carrières et limite la progression salariale ce qui accentue les différences entre femmes et hommes.

"Je pense que nous devons avancer vers une égalité pour des congés parentaux, nous devons avancer vers la réconciliation familiale", analyse l’eurodéputée Susana Solis (Renew Europe). L’élue espagnole dénonce ce plafond de verre qui empêche les femmes de progresser.

Les femmes représentent 40% des scientifiques et des ingénieurs dans l'Union européenne. Pour Susana Solís des actions politiques ciblées permettraient de leur offrir les mêmes opportunités que leurs homologues masculins.

Journaliste • Grégoire Lory