DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le virage électrique de Volkswagen : le constructeur veut devenir leader mondial

Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Le virage électrique de Volkswagen : le constructeur veut devenir leader mondial
Tous droits réservés  Peter Steffen/(c) Copyright 2020, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

Du Dieselgate au champion de l'électrique. Une dizaine d'années après le scandale des moteurs truqués qui avait éclaboussé Volkswagen, le constructeur allemand veut dépasser Tesla et devenir le leader mondial de la voiture électrique.

"Nous sommes convaincus qu'après cette transition, a déclaré Herbert Diess, patron du Groupe Volkswagen, Volkswagen sera une entreprise encore plus forte, avec des parts de marché plus élevées qu'aujourd'hui. En 2021, nous nous remettrons du Covid et accélérerons à nouveau le changement."

Un changement qui a un coût, 30 millions d'euros, ce vaste virage électrique est selon les analystes l'un des plus ambitieux du secteur.

Cette année, l'entreprise compte vendre un million de véhicules électriques et devenir en 2025 au plus tard le n°1 mondial du marché.

18 000 points de recharge, et des "gigafactories"

Volkswagen veut également s'attaquer au deuxième grand frein à la mobilité électrique, les points de recharge. 400 millions d'euros seront investis d'ici 2025 pour proposer 18.000 points de recharge rapide en Europe, cinq fois plus qu'actuellement.

Le constructeur allemand prévoit aussi d'ouvrir d'ici 2030 des "gigafactories", six usines de fabrique de batteries. Elles seront installées dans plusieurs pays européens, et peut-être même en France.

La part de voitures purement électriques parmi les ventes de Volkswagen "va doubler à près de 60%" en moins de 10 ans. Le constructeur prévoit de lancer par an au moins un nouveau modèle sur ce créneau. Le premier devrait dépasser en 2021 les ventes de la Renault Zoé et de la Tesla Model 3.

Mais ces projets ont un coût : dimanche, Volkswagen a annoncé un plan de suppression d'emplois qui pourrait viser jusqu'à 5.000 postes pour réduire les charges et financer les investissements.