DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Belfast à nouveau secouée par des violences

euronews_icons_loading
Belfast à nouveau secouée par des violences
Tous droits réservés  PAUL FAITH/AFP
Taille du texte Aa Aa

Belfast est le théâtre depuis près d'une semaine d’affrontements entre émeutiers et forces de police. La plus grande ville d'Irlande du Nord n'avait plus connu de telles violences depuis de nombreuses années.

Pour l'ancien Premier ministre Irlandais, John Bruton, ces scènes rappellent les heures sombres qui ont secoué la province britannique pendant 30 ans. "Cela a commencé par des émeutes à la fin des années 1960 et progressivement cela s'est transformé en quelque chose de pire que des émeutes. Il y a un risque de retomber dans le même cycle", prévient-il. L’ancien Premier ministre accuse Londres de ne pas écouter les problèmes nord-irlandais et de provoquer ces débordements.

Les tensions n’ont jamais totalement disparu sur l’île. Elles étaient toujours latentes avant même le Brexit. Le référendum a cristallisé les rancœurs qui n’ont cessé de progresser depuis. De nombreuses voix soulignaient déjà en 2016 que la sortie du Royaume-Uni de l'UE risquait de déstabiliser l'accord de paix du Vendredi saint, conclu en 1998.

Les difficultés se sont accentuées après la mise en place du protocole nord-irlandais qui a permis le retrait britannique sans réintroduire de frontière physique sur l'île d'Irlande. La douane se trouve désormais en mer entre l'Irlande du Nord et la Grande-Bretagne. Le Brexit dur choisi par Londres signifie donc des contrôles plus stricts dans les ports. Les unionistes nord-irlandais réclament la fin de ce protocole qui représente pour eux une frontière entre la province britannique et le Royaume-Uni.

Peter Morrison/AP
Nuit d'émeutes à BelfastPeter Morrison/AP

Pour John Bruton il y a un jeu de symbole qui marque "pour eux (les unionistes) un affaiblissement de l'union entre l'Irlande du Nord et le Royaume-Uni. Et les symboles sont très importants en Irlande du Nord. Ce sont souvent les symboles, plus que la réalité quotidienne, qui influencent les gens", souligne-t-il.

Les responsables politiques britanniques et irlandais mais aussi le président américain appellent au calme. De nouvelles manifestations sont attendues pendant le week-end.