This content is not available in your region

Une nouvelle nuit de heurts à Belfast malgré les appels au calme

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Une nouvelle nuit de heurts à Belfast malgré les appels au calme
Tous droits réservés  Peter Morrison/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

C'est une flambée de violence comme l'Irlande du Nord n'en avait pas connue depuis des années...

La paix est ébranlée dans la province britannique. Malgré les appels au calme de Londres et Dublin, des unionistes et des républicains nord-irlandais, ce jeudi soir encore, des heurts ont éclaté avec la police dans le quartier nationaliste de Springfield Road à Belfast.

Depuis une semaine, 55 policiers ont été blessés, ainsi qu'un chauffeur de bus et un photojournaliste. Et des adolescents de 13-14 ans sont encouragés à participer à ces violences selon la police.

L'Union européenne et les États-Unis sont inquiets. Ces derniers événements menacent l'accord de paix du Vendredi Saint conclu en 1998 après 30 ans de guerre civile entre unionistes protestants et républicains catholiques.

"Nous condamnons avec la plus grande fermeté les actes de violence qui se sont produits en Irlande du Nord ces derniers jours. Personne n'a rien à gagner de tout cela. Nous appelons toutes les personnes impliquées à cesser immédiatement ces actes violents" a lancé Eric Mamer, porte-parole principal de la Commission européenne.

De son côté, Ned Price, porte-parole du département d'État américain a rajouté :

"Nous sommes profondément préoccupés par la violence en Irlande du Nord et nous rejoignons les dirigeants britanniques, irlandais et nord-irlandais dans leurs appels au calme. Nous restons, comme vous le savez déjà, des partisans inébranlables d'une Irlande du Nord sûre et prospère dans laquelle toutes les communautés ont leur mot à dire et toutes les communautés bénéficient des acquis d'une paix durement gagnée."

Ces émeutes interviennent dans un contexte de mécontentement croissant des unionistes en raison des nouvelles dispositions liées à la circulation des marchandises depuis le Brexit en janvier ou encore, pour faire simple, en raison du non respect des restrictions sanitaires...

Le Sinn Fein accusent en effet le Parti unioniste démocrate (DUP) au pouvoir d'alimenter les tensions par son opposition aux contrôles douaniers entre la grande île britannique et le territoire de l'Irlande du nord, des contrôles vécus comme une trahison par les militants loyalistes.

De son côté, le DUP réclame la démission du chef de la police nord-irlandaise pour ne pas avoir engagé de poursuites contre des nationalistes du Sinn Fein pour violation des gestes barrières et des restrictions sanitaires pendant les funérailles d'un ancien chef paramilitaire l'an dernier.

Mais l'affrontement qui se jouait jusqu'à présent sur la scène politique entre le Parti unioniste démocrate et le Sinn Fein a gagné les rues, et pourrait rompre le délicat équilibre de l'Irlande du nord.