This content is not available in your region

Troupes russes près de l'Ukraine : Moscou ne dément pas, Kiev s'inquiète

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky en visite dans la région du Dombass (est de l'Ukraine), le 08/04/2021
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky en visite dans la région du Dombass (est de l'Ukraine), le 08/04/2021   -   Tous droits réservés  AP/Ukrainian Presidential Press Office

Depuis plusieurs jours, les autorités ukrainiennes s'inquiètent de l'arrivée de renforts militaires russes aux abords de la frontière ukrainienne.

Une crainte partagée également par plusieurs pays occidentaux qui s'interrogent sur les intentions de Moscou.

Ce dimanche, le chef de la diplomatie américaine a d'ailleurs prévenu, qu'en cas d'agression russe en Ukraine, il y aura des conséquences, sans préciser lesquelles.

Pas de quoi impressionner Moscou. En témoigne, l'interview du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ce dimanche. Pas une fois, il ne cite le nom de l'"Ukraine".

A côté de nous, se trouve un pays où une guerre civile est sur le point d'éclater.
A côté de nous, se trouve un pays où les dirigeants semblent envisager de résoudre leur problème par la force.
Alors, est-ce une menace pour nous ?
Oui, c'est une menace !
Doit-on prendre des mesures pour assurer notre sécurité ?
Oui, et c'est ce que nous faisons.
Ce que nous faisons de nos soldats sur notre propre territoire, cela ne regarde que nous.
La Russie n'a jamais été partie prenante de ce qui se passe chez notre voisin.
Mais la Russie ne restera pas indifférente au sort des citoyens russophones qui vivent dans le sud-est de ce pays.
Dmitri Peskov
porte-parole du Kremlin

En deux jours, deux militaires ukrainiens sont morts dans des combats avec des séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine.

Le conflit dans cette région a éclaté en 2014. Il a fait plus de 13 000 morts et près d'1,5 millions de déplacés.

Si les affrontements ont baissé d'intensité ces dernières années, la tension reste toujours aussi vive.