DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Albanie : des législatives déterminantes pour son rêve européen

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Des soutiens du parti démocratique lors d'un meeting, en Albanie, le 23 avril 2021, à Tirana
Des soutiens du parti démocratique lors d'un meeting, en Albanie, le 23 avril 2021, à Tirana   -   Tous droits réservés  Visar Kryeziu/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Elections législatives ce dimanche en Albanie et derniers meeting après une campagne émaillée d'accusation de corruption et d'incidents violents. Edi Rama, le Premier ministre socialiste sortant brigue un troisième mandat. Il affronte une opposition menée par le Parti démocratique de centre-droit qui l'accuse de tous les maux du pays.

Edi Rama "a manipulé les résultats des précédentes élections, a mis la main avec une poignée de gens sur l'économie, contrôle tous les pouvoirs et entrave les perspectives européennes de l'Albanie", assène Lulzim Basha, 46 ans, patron des démocrates. "Son départ est la seule solution pour libérer l'Albanie". Il promet de relancer l'économie alors que le pays accuse durement les effets de la pandémie du Covid-19.

L'intéressé dément tout et accuse ses adversaires d'avoir peur de la réforme judiciaire en cours.

Le virus aggrave les maux économiques de l'Albanie, où le salaire moyen est de 420 euros et qui est confrontée à une émigration massive, en particulier des jeunes et des plus éduqués vers des pays comme l'Allemagne ou l'Italie.

Cela fait en outre deux ans que le pays de 2,8 millions d'habitants est englué dans une crise politique qui voit une partie de l'opposition boycotter le Parlement.

Ces élections ont valeur de test de la maturité politique de l'Albanie. Elles seront suivies de près par la communauté internationale. Bruxelles a dit oui au lancement de négociations d'adhésion avec Tirana mais sans fixer de date et tous les candidats promettent de mener à terme les changements nécessaires, à commencer par la réforme du système judiciaire et la lutte contre la criminalité organisée.

Face à des niveaux de corruption et d'impunité toujours élevés, beaucoup d'électeurs placent leurs espoirs dans ces nouvelles institutions judiciaires spécialisées dans la chasse aux abus plutôt que dans la classe politique.

"Le bon déroulement du processus électoral (...) contribue à mesurer le degré de maturité politique nationale", prévient Vincenzo Del Monaco, l'ambassadeur de l'OSCE à Tirana qui déploiera des dizaines d'observateurs pour surveiller le scrutin.

Pour limiter les possibilités de fraude et conformément aux attentes occidentales, le code électoral a été réformé et pour la première fois, l'identité des électeurs sera vérifiée par des moyens électroniques.

Les rares sondages donnent l'avantage aux socialistes mais le scrutin reste incertain.