This content is not available in your region

Tensions avec la Russie : Varsovie dénonce "l'impéralisme" russe

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Tensions avec la Russie : Varsovie dénonce "l'impéralisme" russe
Tous droits réservés  AP Photo

En visite à Vilnius dimanche, le Premier ministre polonais **Mateusz Morawiecki** est monté au créneau, à la veille de l'anniversaire de la Constitution polonaise du 3 mai 1971, célébré ce lundi à Varsovie, en présence des présidents ukrainien, letton, lituanien et de la présidente estonienne.

Certains anniversaires trouvent une résonance toute particulière dans certains contextes. C'est le cas du 230ème anniversaire de la Constitution polonaise du 3 mai 1791. C'était la première constitution adoptée démocratiquement en Europe.

L'anniversaire a été célébré en grandes pompes ce lundi à Varsovie par le Premier ministre Andrzej Duda, alors même que les réformes judiciaires actuellement menées dans le pays sont jugées contraires au droit européen par Bruxelles, comme nous vous en parlions ici le 31 mars. L'homophobie en Pologne est aussi pointée du doigt.

Mais si le président polonais a réuni les présidents ukrainien, lituanien, letton et la présidente estonienne, c'était aussi pour aborder les menaces extérieures qui pèsent sur leur sécurité.

Dimanche, la Russie a été clairement mentionnée par les premiers ministres lituanien et polonais. En visite à Vilnius, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a jugé la politique étrangère de Moscou "impérialiste". Pour eux, l'évolution de la situation au Bélarus et en Ukraine permettront de juger si la réponse des Occidentaux est suffisante.

"Ce sont des zones particulièrement sensibles à l'égard - il faut le dire - de la politique impérialiste russe", a déclaré Mateusz Morawiecki. "C'est pourquoi nous soutenons les Ukrainiens et les Biélorusses dans leur combat pour la démocratie et pour la liberté."

Ces déclarations surviennent dans un contexte qui reste très tendu entre les Occidentaux et les Russes. Moscou a interdit la semaine dernière à huit responsables européens d'entrer sur son territoire, en représailles aux sanctions imposées par l'UE après l'emprisonnement de l'opposant Alexeï Navalny.

Figurent sur cette liste noire le président du Parlement européen David Sassoli, la commissaire européenne Vera Jourova, le procureur de Berlin Jörg Raupach et le député français Jacques Maire, rapporteur spécial sur l'empoisonnement d'Alexeï Navalny au Conseil de l'Europe.

Les ministres des affaires étrangères de l'UE doivent discuter de ces tensions avec la Russie lors de leur réunion du 10 mai.