DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pologne : une militante LGBT interpellée vendredi à Varsovie

euronews_icons_loading
La militante LGBT connue sous le nom de "Margot" face à la police à Varsovie, Pologne, vendredi 7 août 2020
La militante LGBT connue sous le nom de "Margot" face à la police à Varsovie, Pologne, vendredi 7 août 2020   -   Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à Varsovie samedi pour soutenir une militante LGBT arrêtée la veille dans la capitale polonaise. Elle est accusée d'avoir causé des dommages à un camionnette portant des inscriptions homophobes, et d'avoir volontairement poussé la propriétaire du véhicule. Des faits qui datent du mois de juin.

Une cinquantaine de manifestants ont été interpellés vendredi soir alors qu'ils tentaient de s'opposer à l'arrestation d'une militante des droits LGBT à Varsovie, a indiqué samedi la police polonaise. "48 personnes ont été interpellées. Les procédures seront menées avec la participation des avocats de la défense. Elles seront également menées en rapport avec des insultes proférées envers un policier ainsi qu'avec des dommages causés à la voiture de police", a déclaré la police de Varsovie sur Twitter.

Les interpellés ont participé vendredi soir à une bousculade avec la police tentant d'empêcher l'arrestation d'une militante LGBT, connue sous son nom Margot, après l'injonction par un tribunal de l'incarcérer pour deux mois en détention préventive.

La militante est accusée d'avoir causé des dommages à un van portant des inscriptions homophobes à Varsovie en juin, et d'avoir volontairement poussé une bénévole d'une fondation anti-avortement possédant le van.

Margot qui s'identifie comme femme a été déférée sous son identité masculine devant un tribunal.

"Dès que l'homme a été arrêté et conduit dans la voiture de police, un groupe de personnes a sauté sur la voiture de police et a commencé à sauter dessus", a déclaré le porte-parole de la police de Varsovie Sylwester Marczak.

"Dans ce cas", a-t-il poursuivi, "nous avons pris des mesures pour assurer à la fois la sécurité des policiers, du détenu et la sécurité de la basilique Sainte-Croix, car l'église était la cible de certaines de ces personnes".

La détention préventive est une mesure "répressive", selon la militante citée par l'agence de presse PAP avant son arrestation.

L'arrestation a provoqué des protestations de l'opposition et des institutions internationales.

"J'appelle à la libération immédiate de la militante LGBT Margot (...) détenue hier pour avoir bloqué une camionnette anti-LGBT haineuse et mis des drapeaux arc-en-ciel sur les monuments à Varsovie. Ordre de la détenir pendant 2 mois envoie un signal très effrayant pour la liberté de parole et les droits des (personnes) LGBT en Pologne", a écrit samedi sur Twitter la commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic.

"J'aimerais bien voir les criminels dangereux poursuivis aussi ardemment que les militants", a déclaré pour sa part vendredi Hanna-Gill Piatek, une élue de gauche présente à la manifestation.

Margot fait partie d'un groupe d'activistes nommé "Stop à l'absurdité", suspecté d'avoir décoré plusieurs monuments de Varsovie dont une statue de Jésus Christ avec des drapeaux LGBT et des symboles anarchistes la semaine dernière.

Les procureurs ont lancé des poursuites contre trois personnes dans cette affaire pour profanation de monuments et offense aux sentiments religieux.

Le van de l'association anti-avortement "Fondation pro-droit à la vie" circule fréquemment dans le centre de Varsovie, recouvert d'affiches mettant en lien homosexualité et pédophilie, et proférant des slogans homophobes.