En Italie, l'audacieuse aventure de 11 salariés qui rachètent leur usine, vouée à la délocalisation

En Italie, l'audacieuse aventure de 11 salariés qui rachètent leur usine, vouée à la délocalisation
Tous droits réservés euronews / Luca Palamara
Tous droits réservés euronews / Luca Palamara
Par Luca Palamara
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les 11 salariés d'une usine de céramique ont créé une coopérative pour racheter leur usine, que le patron souhaitait délocaliser pour économiser des coûts de main d'oeuvre. Les clients ont suivi, attirés par la qualité des produits.

PUBLICITÉ

Du courage, de l'audace et de la persévérance, et au bout du compte ici à Città di Castello, la fierté de produire leurs céramiques de qualité, toujours en Italie.

Cette petite usine de la région de l'Ombrie, dans le centre du pays, était censée fermer il y a deux ans, lorsque le propriétaire a décidé de délocaliser à l'étranger pour trouver une main-d'oeuvre moins chère ailleurs.

"Tous les entrepreneurs pensent aux bénéfices, jusqu'au dernier centime, remarque Marco Brozzi  le nouveau président de la coopérative 'Ceramiche NOI'. Ils pensent que la main-d'oeuvre en Italie est chère. Nous avons réussi à faire comprendre aux gens que la main-d'oeuvre a de la valeur, qu'elle doit être transmise au client et incluse dans le coût de l'objet que l'on vend."

 Les 11 employés menacés ont décidé de prendre leur destin en main. Dix jours seulement après avoir été licenciés, ils ont utilisé leurs indemnités de départ pour racheter leur usine.

 Le 1er mai dernier, ces ouvriers ont célébré leur deuxième fête du travail en tant que propriétaires de l'usine où ils travaillent depuis des années. Ils étaient censés être licenciés et venir grossir les rangs de ceux qui se sont retrouvés au chômage pendant la pandémie de Covid-19 . Mais ils avaient une autre idée en tête.

"Au début, la morosité était grande, ajoute Marco Brozzi. Je n'ai pas pu dormir pendant trois mois et les gars étaient très inquiets. Je veux dire, on devient soi-même entrepreneur, ce qui est agréable à entendre, mais on ne sait pas à quoi on doit faire face, ni quels sont les risques et les engagements."

"Créer une entreprise et sa structure à partir de rien n'est pas facile, reconnaît Lorenzo Giornelli, le  directeur commercial. Il faut réunir toutes les personnes, mais ensuite, nous nous sommes regardés dans les yeux et nous avons réalisé ce que nous étions en réalité : une grande famille. Et les choses sont sorties facilement de là."

 Aujourd'hui, l'entreprise est florissante : les anciens clients des États-Unis et les nouveaux clients d'Europe ont forcé les nouveaux patrons à embaucher six employés supplémentaires pour répondre aux commandes.

 Eux aussi feront partie du rêve de 11 amis qui n'ont jamais abandonné, par amour pour leur métier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La barre Toblerone contrainte d’effacer le Cervin de son emballage

No Comment : inondations en Italie, la Lombardie particulièrement touchée

Mario Draghi, futur Président de la Commisison européenne ?