Le plus gros iceberg du monde s'est détaché de l'Antarctique

Le plus gros iceberg du monde s'est détaché de l'Antarctique
Tous droits réservés David Goldman/ AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il fait la moitié de la taille de la Corse. Un énorme morceau de glace s'est détaché de l'Antarctique et flotte dans la mer de Weddell. Baptisé A-76, l'iceberg fait plus de 4300 km².

PUBLICITÉ

Jamais un aussi gros bloc de glace ne s'était détaché de l'Antarctique. L'iceberg A-76, c'est son nom, fait la moitié de la taille de la Corse. Il s'est séparé de la barrière de Ronne. Le monumental morceau de glace dérive à présent dans la mer de Weddell.

Selon le Centre national américain sur les glaces, cet iceberg A-76 avait commencé à se séparer le 13 mai de la banquise.

Ses dimensions sont impressionnantes comme en témoignent les images du satellite européen Sentinel-1 dans le cadre du programme européen d'observation de la Terre Copernicus : 170 kilomètres de long, 25 de large et 4320 km².

Selon l'organisme de recherches britannique sur les zones polaires (British Antarctic Survey, BAS), ces phénomènes font partie du cycle normal des banquises dont aucun morceau imposant ne s'était détaché depuis des dizaines d'années.

Selon la revue anglophone LiveScience, cet événement ne devrait pas avoir d'impact sur le niveau de la mer.

Car si l'Antarctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète, il contient assez de glace pour élever le niveau global de la mer de 60 mètres.

En novembre 2020, un autre iceberg géant, qui avait été en son temps le plus grand du monde en 2017, s'était dangereusement approché d'une île reculée de l'Atlantique Sud, menaçant des colonies de manchots et de phoques, finalement sans conséquence désastreuse.

Cet iceberg, appelé A-68, s'était séparé d'une gigantesque plateforme de glace, nommée Larsen C, la privant de 12% de sa superficie et la rendant ainsi plus instable. D'autres parties de cette barrière de Larsen, à la pointe de la péninsule antarctique, s'étaient désintégrées en quelques semaines en 1995 et en 2002.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un iceberg deux fois plus grand que Londres s'éloigne des eaux de l'Antarctique

Les poussins de manchots empereurs, premières victimes de la fonte de la banquise en Antarctique

Le Svalbard, "talon d'Achille de l'Otan" sur l'échiquier des puissances