DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Comment mêler protection des océans et développement économique

euronews_icons_loading
Un pêcheur étale des maquereaux pour les faire sécher à Nazaré (Portugal)
Un pêcheur étale des maquereaux pour les faire sécher à Nazaré (Portugal)   -   Tous droits réservés  Francisco Seco / AP
Taille du texte Aa Aa

Peut-on utiliser les ressources des océans tout en les protégeant ? La réponse est oui selon Maria Damanaki, directrice générale du programme Océans de l'organisation américaine de protection de l'environnement The Nature Conservancy. "D’après des projections, si l’on prend soin des océans, ils nous fourniront en 2050, six fois plus de produits de la mer qu’aujourd’hui," affirme-t-elle.

Engagement international

Quatorze pays se sont engagés à gérer leurs océans avec une approche durable mais qui vise aussi à stimuler leur économie. Ensemble, ils représentent 40% des littoraux dans le monde.

Ces nations - l'Australie, le Canada, le Chili, les îles Fidji, le Ghana, l'Indonésie, la Jamaïque, la Namibie, le Japon, le Kenya, le Mexique, les Palaos, la Norvège et le Portugal, les deux pays européens participants - forment le Panel de haut niveau sur la construction d'une économie maritime durable sous l'appellation Ocean Panel qui est au service des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres.

Ricardo Serrão Santos, ministre portugais des Affaires maritimes, en appelle à un changement de perspective : "Nous devons changer notre vision des océans en passant d’une logique d’extraction à une logique de production," assure-t-il.

Le programme d'Ocean Panel prévoit des actions en faveur des énergies renouvelables et de la pêche durable.

Actions concrètes

Le Portugal, par exemple, étendra ses zones marines protégées à près d’un tiers de ses eaux d’ici à 2030. Mais ce n'est pas tout. Ricardo Serrão Santos souligne la nécessité de mener une autre action en particulier : "Une réforme de la manière dont on collecte les déchets utilisés en mer dans nos activités de transport et de pêche est d'une très grande importance," dit-il.

Ocean Panel invite d’autres nations à rejoindre cet effort comme l'explique Vidar Helgesen, envoyé spécial pour les océans pour la Norvège : "Nous invitons d’autres pays à nous rejoindre avec 2030 comme horizon pour avoir une gestion durable de toutes nos eaux nationales à cette échéance," insiste-t-il.