PUBLICITÉ

A Venise, la colère des riverains accompagne le retour des navires de croisière

A Venise, la colère des riverains accompagne le retour des navires de croisière
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Maxime Biosse Duplan
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La colère des habitants de la Cité des Doges, face au désastre écologique de ces villes flottantes, ne s'est pas calmée avec les restrictions de voyage.

PUBLICITÉ

Aucun bateau de croisière n'était entré dans la lagune de Venise depuis dix-sept mois. Alors c'est un accueil très spécial qui a été réservé au MSC Orchestra ce samedi. La colère des habitants de la Cité des Doges, face au désastre écologique de ces villes flottantes, ne s'est pas calmée avec les restrictions de voyage.

Ce manifestant explique : "Cette fois, le gouvernement a été très bon. Il a réussi à tromper tout le monde, faisant croire au monde qu'il avait interdit les bateaux de croisière à Venise, devant la place Saint-Marc, dans le canal de la Giudecca, et au lieu de cela, nous sommes ici aujourd'hui pour montrer que ce n'est pas vrai".

Les travailleurs du secteur des croisières sont de leur côté heureux de voir l'activité reprendre... L'économie touristique de Venise, très affectée par la pandémie, reprend doucement et sous strictes mesures sanitaires.

Francesco Galietti, de la branche italienne des industries de croisière : "Oui, on a beaucoup parlé de notre impact dans un environnement très fragile et délicat. Mais, il y a un mais, notre contribution à l'afflux global de touristes est assez minimale."

La mobilisation contre les navires de croisière à Venise ne date pas d'hier. Mais elle mobilise de plus en plus. Mardi une lettre ouverte au président italien, réclamant leur interdiction, a été cosignée par des vedettes telles que Mick Jagger ou Francis Ford Coppola. 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les croisiéristes face au défi Omicron

Le printemps avant l'heure sur les plages italiennes

Les Italiens ne renoncent pas aux vacances malgré l'inflation