EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Deux complices de Milosevic condamnés pour des crimes en Bosnie en 1992

Deux complices de Milosevic condamnés pour des crimes en Bosnie en 1992
Tous droits réservés Piroschka Van De Wouw/AP
Tous droits réservés Piroschka Van De Wouw/AP
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deux anciens proches de Slobodan Milosevic ont été condamnés à 12 ans de prison par la justice internationale. C'est sans doute l'un des derniers procès lié à la guerre dans les Balkans.

PUBLICITÉ

Deux anciens proches de Slobodan Milosevic condamnés à 12 ans de prison par la justice internationale. C'est sans doute l'un des derniers procès lié à la guerre dans les Balkans.

C'est l'une des dernières condamnations liée à la guerre en ex-Yougoslavie. Deux anciens chefs espions serbe ont été jugés coupables de complicité dans les crimes commis pendant les guerres des Balkans des années 1990.

Un revers pour les accusés : après avoir été acquittés en 2013, Jovica Stanisic, l'ancien chef du service de sécurité de l'État de Serbie, et son adjoint Franko Simatovic ont été condamnés à 12 ans de prison par la justice internationale.

Ils avaient soutenu un escadron de la mort serbe qui a terrorisé musulmans et Croates dans une ville de Bosnie en 1992. C'est la première fois que des représentants de l'État serbe, complices de Slobodan Milosevic, le président de l'époque, sont condamnés.

Ce dernier est mort en prison.

Au début du mois de juin, le tristement célèbre commandant de l'armée serbe de Bosnie, Ratko Mladic, a perdu son appel, et a été condamné à perpétuité pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ONU dénonce l'augmentation des discours haineux en Serbie et Bosnie

Gaza : la CIJ rejette la demande du Nicaragua contre l'Allemagne

Afrique du Sud contre Israël : les enjeux de la plainte pour "génocide" déposée devant la CIJ