DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Guerre du "champagne" : Vladimir Poutine s’attaque à la célèbre appellation

Access to the comments Discussion
Par Paul Bourret
euronews_icons_loading
Le président russe Vladimir Poutine tient une coupe de champagne lors d'une cérémonie au théâtre Mariinsky, le 2 décembre 2016 | Archive
Le président russe Vladimir Poutine tient une coupe de champagne lors d'une cérémonie au théâtre Mariinsky, le 2 décembre 2016 | Archive   -   Tous droits réservés  MIKHAIL KLIMENTIEV/AFP
Taille du texte Aa Aa

Le président Russe Vladimir Poutine vient de signer un texte de loi qui prévoit que désormais, seuls les vins pétillants russes auront le droit de porter le nom de champagne. Le champagne « réel », celui élaboré en France, se contentera de l’appellation "vin pétillant", réservant la traduction de champagne en russe ("Champanskoïe") aux producteurs russes de vins pétillants.

Une décision qui semble difficile à esquiver en France

Cette loi fait forcément réagir en France. Les producteurs champenois vont devoir modifier leurs étiquettes sur les bouteilles en partance pour la Russie.

LVMH,qui produit les célèbres Moët et Chandon, a suspendu pendant quelques heures ses livraisons, avant de se conformer à la nouvelle loi russe.

Nous examinons attentivement le contenu de cette loi pour en connaître toutes les conséquences. Mais nous lançons un appel aux diplomates français et européens pour qu'ils contactent les autorités russes afin de nous permettre d'utiliser notre nom, qui est la prunelle de nos yeux
Charles Goemaere
Directeur général du comité Champagne

La production de champagne en France est strictement encadrée. Seuls les champagnes produits dans la région du même nom peuvent bénéficier de l’appellation d’origine. Cependant, il n’y a pas d’aussi grandes réglementations dans le reste du monde. Cette loi est valable dans l'Hexagone mais demeure inexistante en Russie.

La Russie n'est que le 15e marché d'exportation de champagne chaque année hors-France. Seulement deux millions des 150 millions de bouteilles vendues atterrissent dans l'ex république soviétique.