DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Grave malaise social à Cuba, les pro-castristes dans les rues, mais rien n'est réglé

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Patrouille de police, La Havane, Cuba, 12 juillet 2021
Patrouille de police, La Havane, Cuba, 12 juillet 2021   -   Tous droits réservés  Eliana Aponte/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

De centaines de pro-castristes à leur tour dans les rues de cuba pour soutenir le gouvernement, mais le malaise social est bien là, et le gouvernement n'a pour l'instant pas d'autres réponses que policières

Des centaines de Cubains sont descendus montrer leur soutien au pouvoir castriste au lendemain de manifestation anti-gouvernementales inédites sur l'île. Ils ont donc répondu à l'appel du président Miguel Diaz-Canel.

Mais peu habitués à voir des émeutes dans les rues de Cuba, et encore moins à voir la police utiliser des matraques, des gaz lacrymogènes ou tirer des coups de feu en l'air, les Cubains étaient encore sous le choc aujourd'hui:

"Ce qui se passe n'est bon pour personne, vous comprenez, nous devons tous nous battre pour la paix, c'est de ça que nous avons besoin."

Après les milliers de Cubains descendus spontanément dans les rues dimanche pour dire leur ras-le-bol des pénuries de nourriture et de médicaments, leur colère face aux coupures d'électricité quotidienne qui durent parfois 6 heures, comment le gouvernement cubain va-t-il faire redescendre la tension ? Même dans les manifestations pro-gouvernementales, des arrestations ont eu lieu.

Donnez à manger au peuple, on vit la plus grande crise qu'a jamais traversé Cuba.
Cubain anonyme
La Havane

Un Cubain interpelle le président sous couvert d'anonymat :

"Je ne sais pas ce qui se passe avec le président Diaz-Canel, honnêtement il est trop tendu avec la crise du Covid et le blocus économique. Vous comprenez ? Mais vous n'êtes jamais venu me voir quand vous êtes descendus dans les rues, donnez leur à manger, donnez à manger au peuple, on vit la plus grande crise qu'a jamais traversé Cuba."

Si le gouvernement castriste avance que les États-Unis sont à l'oeuvre derrière ce soulèvement inédit et que Washington doit lever les sanctions économiques, il semble difficile de calmer les esprits de Cubains qui ont faim. D'autant que le malaise social est effectivement majoré par la pandémie de coronavirus.

Sources additionnelles • AP, AFP