DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Des milliers de Cubains manifestent leur colère face aux pénuries

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Manifestation anti-gouvernementale à La Havane, Cuba, 11 juillet 2021
Manifestation anti-gouvernementale à La Havane, Cuba, 11 juillet 2021   -   Tous droits réservés  YAMIL LAGE/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Excédés par la crise économique, des milliers de Cubains ont défilé à travers l'île pour protester contre les pénuries alimentaires, le manque de médicaments, les prix élevés et les coupures d’électricité quotidiennes, en pleine pandémie de Coronavirus.Un événement rarissime à Cuba, où les seuls rassemblements autorisés sont généralement ceux du parti communiste au pouvoir.

De nombreux jeunes ont pris part à la manifestation qui a perturbé la circulation pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que quelques manifestants se mettent à jeter des pavés sur les policiers. Plusieurs voitures de police ont été renversées, endommagées et évacuées.

YAMIL LAGE/AFP or licensors
Manifestant anti-gouvernementaux s'attaquant à une voiture de police, La Havane, Cuba, 11 juillet 2021YAMIL LAGE/AFP or licensors

Un important dispositif policier et militaire a été déployé dans la capitale et plusieurs villes de province. La police a arrêté au moins 10 personnes.

Ramon Espinosa/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Arrestation d'un manifestant anti-gouvernemental à La Havane, Cuba, 11 juillet 2021Ramon Espinosa/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Moteur d'un nombre croissant de revendications de la population depuis son arrivée à Cuba fin 2018, l'internet mobile était coupé dans une grande partie du pays.

Ce lundi, le président cubain Miguel Diaz-Canel a accusé le gouvernement américain de mener "une politique d'asphyxie économique pour provoquer des troubles sociaux" et "un changement de régime" sur l'île.

Dans une allocution retransmise à la télévision et à la radio, il a assuré que son gouvernement essaie d'"affronter et de vaincre" les difficultés face aux sanctions américaines, renforcées depuis le mandat de Donald Trump.

L'allié russe, de son côté, a mis en garde contre toute "ingérence étrangère __dans les affaires intérieures d'un État souverain et toute autre action destructrice qui favoriserait la déstabilisation de la situation sur l'île".

A la mi-journée, dimanche, Miguel Diaz-Canel s'était rendu à San Antonio de los Baños, à 35 km au sud-ouest de La Havane, accompagné de militants du parti qui ont défilé aux cris de "Vive Cuba!" et "Vive Fidel ". Il était allé à la rencontre d'habitants de la localité qui continuaient de protester contre la crise économique.

Ramon Espinosa/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Le président cubain Miguel Diaz Canel marchant avec ses partisans à San Antonio de los Banos, Cuba, 11 juillet 2021Ramon Espinosa/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

"Levez l'embargo!"

La pandémie de Covid-19 a plongé Cuba dans une grave crise économique, la pire depuis 30 ans, aggravant les pénuries d'aliments et de médicaments et générant un fort malaise social.

Les difficultés économiques ont poussé les autorités à couper l'électricité plusieurs heures par jour.

"La situation énergétique semble avoir échauffé certains esprits ici", a reconnu Miguel Diaz-Canel face aux journalistes, accusant les sanctions américaines d'être responsables de la crise. "Si vous voulez que le peuple aille mieux, levez d'abord l'embargo" imposé depuis 1962.

"Il y a une mafia cubano-américaine qui paie très bien sur les réseaux sociaux (...) Elle a pris le prétexte de la situation de Cuba et a appelé à des manifestations dans toutes les régions du pays", a-t-il affirmé.

Si vous voulez que le peuple aille mieux, levez d'abord l'embargo
Miguel Diaz-Canel
Président cubain

Le président a toutefois reconnu que "des gens sont venus manifester leur insatisfaction", il les a qualifiés de "révolutionnaires désorientés".

A Miami, la communauté cubaine anti-Castro a manifesté elle aussi en nombre pour dénoncer le manque de liberté à Cuba et l'aggravation de la situation économique.

Pedro Portal/PPORTAL
Manifestation anti-gouvernementale des exilés cubains à Mimai, États-Unis, 11 juillet 2021Pedro Portal/PPORTAL

Ces manifestations sont survenues le jour où Cuba a enregistré un nouveau record quotidien de contaminations et de morts dues au coronavirus, avec 6 923 cas recensés et 47 morts en 24 heures (pour 1 537 décès au total).

Sous les mots-clés #SOSCuba ou #SOSMatanzas (du nom de la province la plus touchée), les appels au secours se multiplient sur les réseaux sociaux, tout comme les appels au gouvernement pour qu'il facilite l'envoi de dons de l'étranger.

Samedi, un groupe d'opposants avait demandé l'instauration d'un "couloir humanitaire", une initiative que le gouvernement a écartée, dénonçant "une campagne" qui cherche à "présenter une image de chaos total dans le pays qui ne correspond pas à la situation actuelle".

Sources additionnelles • AP, AFP