DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Une Palme d'or en Titane pour Julia Ducournau, seconde femme primée à Cannes

euronews_icons_loading
Julia Ducournau
Julia Ducournau   -   Tous droits réservés  Mathieu Rocher, Euronews
Par Frédéric Ponsard
Taille du texte Aa Aa

C'est une Palme en forme de bombe qu'a délivrée Spike Lee et son jury majoritairement féminin : c'est seulement la seconde fois en 74 éditions qu'une femme remporte la Palme d'or.

Jane Campion l'avait reçue pour La Leçon de Piano en 1993, mais ex-aequo avec Adieu ma concubinne de Chen Kaige. A 37 ans, Julia Ducournau devient la première à la remporter seule pour Titane.

"Quand on regarde les autres réalisateurs recevoir la Palme pendant toutes ces années, toute mon enfance, mon adolescence et même l'âge adulte, c'est vrai que l'on a tendance à se dire, que l'on aime ou pas les films, c'est auréolé d'une sorte de perfection. Tous les réalisateurs, et LA réalisatrice qui ont reçu la Palme avant, ont sûrement dû se dire la même chose que moi, dans le sens où l'on ne peut pas en tant que réalisateur ou réalisatrice considérer que son film est parfait, ce n'est pas possible."
Julia Ducournau
réalisatrice

Le second film de Julia Ducournau, Titane, est un film puissant et brutal qui questionne la question du corps, de la filiation et de la violence autour d'un serial-killer mystérieux.

Cette année, beaucoup de prétendantes pour le Prix d'interprétation, et c'est la norvégienne Renate Reinsve, lumineuse dans The Worst Person in the World, Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier qui rafle la mise.

"Ce prix revient à Joachim parce que c'est un grand réalisateur, il rend tout le monde meilleur autour de lui, et il me rend meilleure. Donc, merci à lui, vraiment."
Renate Reinsve
actrice

La vie sentimentale de Julie, racontée en 12 chapitres tour à tour drôle ou dramatique, et portée de bout en bout par Renate Reinsve.

C'est l’acteur américain Caleb Landry Jones qui remporte le Prix d'interprétation masculine pour le film australien Nitram de Justin Kurtzel.

"Les films qui m'ont fait découvrir le cinéma, la plupart d'entre eux viennent d'Europe, donc... ça veut dire beaucoup pour moi d'être ici et d'accepter ce prix, mais surtout ce film, je pense".
Caleb Landry Jones
acteur

Nitram remonte aux sources d'une tuerie commise dans les années 90 par un déséquilibré interprété par Caleb Landry Jones, déjà vu notamment chez Jim Jarmush.

Des films venus de tous les continents sont au palmarès de ce festival de Cannes qui a eu le mérite de célébrer le cinéma en temps de pandémie.

Spike Lee et son jury ont été audacieux en récompensant le film de genre d'une jeune femme, Julia Ducournau. C'est historique, évidemment, et ouvre de nouveaux horizons pour le cinéma.

L'ensemble du palmarès est à retrouver sur le site du Festival de Cannes.

Journaliste • Frédéric Ponsard