DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Iran confine pour la première fois, face à un record d'infections

Par Laurence Alexandrowicz
Premier confinement en Iran : un homme marche dans un centre commercial déserté de Téhéran, le 20 juillet 2021
Premier confinement en Iran : un homme marche dans un centre commercial déserté de Téhéran, le 20 juillet 2021   -   Tous droits réservés  Atta Kenare / AFP or licensors/MENA
Taille du texte Aa Aa

Des rues désertes, des magasins ou restaurants fermés, les administrations publiques et les banques closes pour six jours, l'Iran est frappé de plein fouet par le Covid-19.

Au début du mois, l'ancien président Hassan Rohani avait mis en garde contre une "cinquième vague" d'infections alimentée par le variant Delta très contagieux. Le pays est bel et bien au cœur de la crise : au cours des dernières 24 heures, le pays a officiellement enregistré 27 444 nouvelles contaminations au coronavirus, un record, portant le nombre total de cas positifs à plus de 3 500 000.

Ces chiffres font de l'Iran le pays le plus durement touché du Proche et Moyen-Orient.

Les nouvelles restrictions comprennent également une interdiction des déplacements routiers à destination et en provenance de Téhéran et de la province d'Alborz, ainsi qu'une nouvelle fermeture des entreprises à haut risque.

"Malheureusement, les gens ne font pas attention, regrette Ehsan, un habitant de Téhéran. Vous voyez des cérémonies, des mariages, des rassemblements et des voyages qui se poursuivent. Si les gens ne sortent pas, ce sera vraiment efficace. Téhéran était vraiment vide aujourd'hui, mais beaucoup sont partis en voyage."

"Ce qui est vraiment efficace, c'est la vaccination, qui n'est pas faite, ajoute un mécanicien automobile en promenade avec sa fille. Mais ces restrictions mettent une certaine distance entre les gens et pourraient limiter les infections."

La vaccination, c'est le point faible de l'Iran. Seuls 2,3 millions des 83 millions d'habitants ont reçu deux doses. Téhéran, qui a du mal à importer des vaccins, rejette la faute sur les sanctions internationales qui rendent difficile les transferts d'argent vers des entreprises étrangères.

Les autorités ont approuvé l'utilisation d'urgence de deux vaccins produits localement. Elles dénombrent 87 624 morts du coronavirus depuis le début de la crise.