PUBLICITÉ

Noyades en Hongrie : Les sauveteurs lancent une campagne de sensibilisation avec des stars

Noyades en Hongrie : Les sauveteurs lancent une campagne de sensibilisation avec des stars
Tous droits réservés Gyorgy Varga/MTVA - Media Service Support and Asset Management Fund
Tous droits réservés Gyorgy Varga/MTVA - Media Service Support and Asset Management Fund
Par Laura Berlioz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Seulement 17 % des Hongrois le portent sur l'eau. Le gilet de sauvetage est au cœur d'une campagne de sensibilisation aux noyades, ce week-end en Hongrie. Pour diffuser plus largement leur message, les sauveteurs ont fait appel à des célébrités.

PUBLICITÉ

Cet été, déjà 13 personnes se sont noyées dans le plus grand lac d'Europe centrale. C'est plus qu'en 2020 puisque l'on comptait seulement 8 noyades. Les sauveteurs hongrois en ont assez. Ils lancent cette campagne pour encourager les baigneurs à porter un gilet de sauvetage. Parmi leurs ambassadeurs, des célébrités hongroises

"Je sympathise avec les gens qui ne savent pas nager et je sens qu' ils aimeraient quand même aller dans l'eau. Le gilet de sauvetage est d'une grande aide, car le porter permet de se baigner sereinement, même si vous ne savez pas nager.", explique Robert Farkas, musicien

22 % des baigneurs portent un gilet de sauvetage en Europe

La campagne débute ce week-end sur les plages. Les sauveteurs devront sensibiliser aux dangers du lac de Balaton. Ce bébé est la fille de Balázs Tóth, l'une des stars de la campagne. Pour sensibiliser, il explique lui avoir acheté pour premier vêtement un gilet de sauvetage. 

En Hongrie seulement 17 % des personnes sur l'eau portent un gilet de sauvetage. La moyenne européenne de 22 %. Objectif : lui faire atteindre les 30 %. Les sauveteurs comptent sur la popularité des célébrités pour faire passer le message.

« Si quelqu'un sait nager dans une piscine, ce n'est pas la même chose que de nager ici, où je ne vois pas le fond du lac, je n'ai rien à quoi m'accrocher, je nage loin du rivage, l vent souffle... Je pense que le pire, c'est de ne pas mesurer le danger.", assure le responsable des sauveteurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

16 baigneurs, piégés par le courant, sauvés de la noyade à Biarritz

Risque de noyade : la brigade fluviale de Paris aux aguets

L’info du jour | 28 mai - Soir