DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : une 6ème ville conquise par les talibans, les enfants victimes des combats

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Archives : combattants talibans à Kunduz, dans le nord-est de l'Afghanistan, le 9 août 2021
Archives : combattants talibans à Kunduz, dans le nord-est de l'Afghanistan, le 9 août 2021   -   Tous droits réservés  AP Photo/Abdullah Sahil
Taille du texte Aa Aa

Alors que les talibans ont conquis une sixième capitale provinciale, l'UNICEF rapporte la mort de 27 enfants en l'espace de trois jours, tandis que 140 autres ont été blessés.

Les talibans continuent de gagner du terrain en Afghanistan, mais les combats font de nombreuses victimes civiles. Au moins vingt enfants ont été tués et 130 autres ont été blessés ces trois derniers jours dans la seule province de Kandahar, s'alarme l'UNICEF, qui dénonce des "atrocités qui augmentent de jour en jour".

Les talibans se sont emparés lundi d'une sixième capitale provinciale, Aibak, située dans le nord du pays, en plus des cinq autres conquises en l'espace d'un week-end seulement. Les insurgés ont maintenant les yeux rivés sur Mazar-i-Sharif, la plus grande ville du nord du pays. La chute de ce centre urbain de 120 000 habitants, carrefour commercial stratégique pour contrôler le nord du pays, serait un énorme coup dur porté à Kaboul.

Si l'armée afghane s'est avérée être incapable d'enrayer l'offensive des talibans dans le nord, elle continuait à faire front à Kandahar et à Lashkar Gah, deux fiefs historiques des insurgés du l'Afghanistan, et à Hérat, dans l'ouest.

Cette progression éclair des talibans a néanmoins de quoi inquiéter. Le nord de l'Afghanistan a en effet toujours été considéré comme très opposé aux talibans. C'est là qu'ils avaient rencontré la résistance la plus acharnée, lors de leur accession au pouvoir dans les années 1990.

Chassés en 2001 par une coalition dirigée par les Etats-Unis, les Talibans ont profité du retrait des forces internationales pour lancer une offensive au mois de mai. Mais la situation n'a pas fait évoluer le calendrier de retrait confirmé par Joe Biden : le retrait des troupes doit s'achever en août.