PUBLICITÉ

La vallée du Panshir, dernière poche de résistance contre les talibans

La vallée du Panshir, dernière poche de résistance contre les talibans
Tous droits réservés Rahmat Gul/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Rahmat Gul/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le fils du défunt commandant Massoud appelle à l'aide. Il est réfugié avec d'autres opposants dans la vallée du Panshir, dernière poche de résistance contre les talibans.

PUBLICITÉ

L'Afghanistan, sous le contrôle total des talibans ? Pas tout à fait. Alors que la panique domine à Kaboul, une province résiste à la déferlante. La vallée du Panshir, au nord de la capitale, est la dernière région du pays qui n'est pas sous la domination des talibans. Des figures de l'opposition y sont réunies, et parlent de lancer une résistance armée sous la bannière de l'Alliance du Nord, qui s'est alliée aux États-Unis lors de l'invasion de 2001.

_ "Dans la vallée du Panshir,_ a déclaré Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, sont concentrées les forces de résistance de l'ancien vice-président Amrullah Saleh et d'Ahmad Massoud."

Ahmad Massoud, c'est le fils du commandant Massoud, assassiné deux jours avant les attentats du 11 septembre 2001. Dans le Washington Post, l'héritier trentenaire réclamait il y a quelques heures l'aide des Américains pour renverser les talibans. Avant de conclure : _"sous le contrôle des talibans, l'Afghanistan deviendra sans aucun doute le point zéro du terrorisme islamiste radical ;  les complots contre des démocraties y seront une fois de plus ourdis". _

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au moins 68 morts en Afghanistan après des crues soudaines

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire

Afghanistan : retour à Kaboul pour deux anciens prisonniers de Guantanamo