DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Enquête sur de mystérieux empoisonnements dans une université allemande

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Enquête sur de mystérieux empoisonnements dans une université allemande
Tous droits réservés  Frank Rumpenhorst/(c) Copyright 2021, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

Le parquet de Darmstadt, en Allemagne, a ouvert une enquête pour "tentative de meurtres" par empoisonnement dans l'université de cette ville, ont annoncé les enquêteurs mardi 24 août.

Sept personnes ont été victimes dans cette université technique proche de Francfort d'une "attaque au poison" selon la Faculté de Darmstadt, dont l'une se trouve dans un état critique.

Un étudiant entre la vie et la mort

Sept personnes se sont retrouvées avec "de graves problèmes de santé pouvant aller jusqu'à des symptômes d'empoisonnement", a précisé la police dans un communiqué. Elles se sont plaintes de se sentir mal et ont découvert que leurs bras et jambes prenaient une couleur bleuâtre. Elles ont été hospitalisées en milieu de journée lundi.

L'état de santé d'un étudiant de 30 ans, entre la vie et la mort, demeurait "critique", a précisé la police lundi.

"Nous sommes choqués par ce qui s'apparente à un crime qui s'est produit dans notre université", a déclaré la présidente de l'université, Tanja Brühl.

Une mystérieuse "substance nocive"

Une cellule de 40 enquêteurs a été mise en place pour tenter d'élucider ces empoisonnements mystérieux.

Toutes les victimes avaient consommé des aliments ou des boissons dans un même bâtiment de l'université, a encore précisé la police qui s'était déployée en nombre lundi après-midi après la découverte des premiers cas. Les spécialistes de la police criminelle de l'État régional de Hesse, dans lequel se trouve Darmstadt, disposent des produits dont l'ingestion par les victimes a entraîné l'apparition des symptômes.

La "substance nocive" avait été introduite notamment dans des paquets de lait et des récipients d'eau "entre vendredi et lundi", selon un communiqué conjoint de la police et du parquet. La substance exacte n'a pas pu être établie à ce stade mais elle se caractérise par une "odeur âcre" particulière, selon les enquêteurs.

Dans la nuit de lundi à mardi, la police a fouillé tous les bâtiments du campus mais sans découverte majeure. La police et la direction de l'Université technique ont conseillé aux étudiants, professeurs et employés de ne plus consommer les aliments et boissons stockés dans les locaux du campus.

"Il n'y a actuellement plus de danger aigu" sur le campus, a précisé la police.