DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Des PME autorisées à voir le jour à Cuba

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Des PME autorisées à voir le jour à Cuba
Tous droits réservés  Ramon Espinosa/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement cubain a approuvé une loi autorisant la création de petites et moyennes entreprises (PME), un changement majeur dans ce pays sous domination communiste où les entreprises d'État sont la norme.

Ce changement intervient près d'un mois après que des milliers de Cubains sont descendus dans la rue pour dénoncer la dictature et se plaindre de la faim lors des plus grandes manifestations depuis la révolution qui a porté au pouvoir le défunt Fidel Castro en 1959.

Au moins une personne est morte et des centaines ont été arrêtées lors de ces manifestations de masse inhabituelles, qui, selon le gouvernement, ont été provoquées par les États-Unis.

Le président Joe Biden a imposé de nouvelles sanctions à la police cubaine pour avoir réprimé les troubles, et a prévenu que des mesures punitives supplémentaires seraient prises si le régime communiste ne répondait pas aux demandes de changement radical des manifestants.

Ces derniers mois, le gouvernement cubain a accéléré les réformes visant à moderniser l'économie et à endiguer la pire crise économique que la nation insulaire ait connue depuis 30 ans. En partie imputable aux sanctions américaines, le centre-ville et les pénuries chroniques de nourriture, d'électricité et de médicaments ont été exacerbés par des mesures strictes à l'encontre du Covid-19.

En février, le gouvernement a décidé d'ouvrir une grande partie de l'économie contrôlée au secteur privé naissant, à l'exception de domaines clés comme la santé, les médias et l'éducation. Environ 2 000 activités ont été mises à la disposition des travailleurs indépendants.

On estime qu'environ 600 000 Cubains travaillent dans le secteur privé, soit environ 13 % de la population active. Mais ces "cuentapropistas" ont réclamé une structure juridique qui autoriserait explicitement leurs activités.