DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le meilleur du Festival international du Film de Tachkent en Ouzbékistan

Le meilleur du Festival international du Film de Tachkent en Ouzbékistan
Tous droits réservés  Photo by Snowscat on Unsplash
Par euronews
Taille du texte Aa Aa

Le festival du film de Tachkent est de retour après une interruption de 24 ans. À cette occasion, euronews a sélectionné huit films à ne pas manquer au sein de la programmation de cette édition 2021.

Dans les années 1960 et 1970, "l'Ouzbékistan était très réputé dans le monde du cinéma, tant dans la zone d'influence soviétique que dans le monde en général," explique Firdavs Abdukhalikov, directeur général du festival, mais aussi de l'Agence cinématographique d'Ouzbékistan.

Pourtant, malheureusement, "au cours des 25 dernières années, jusqu'en 2017, l'Ouzbékistan a connu la stagnation ; nous devons l'admettre : les studios fermaient, les financements étaient suspendus, les équipements étaient mis aux enchères, toute l'industrie était au bord de l'effondrement," précise-t-il.

Aujourd'hui, c'est une autre histoire. Plusieurs réformes ont été menées dans le pays ces dernières années, notamment dans le domaine de la culture. "Le point culminant de toutes ces réformes a été la renaissance du Festival du film," déclare-t-il.

Le pays d'Asie centrale espère que ce festival sera moteur pour le développement de l'industrie nationale. "Il promet de devenir l'événement culturel de l'année et un lieu propice au partage d'expériences avec la communauté cinématographique internationale, la signature de nouveaux contrats et la génération d'idées," estime-t-il.

Voici nos huit films préférés présentés lors du Festival international du film de Tachkent qui se tient jusqu'au 3 octobre dans la capitale ouzbek, 65 ans après sa première édition.

"Curfew - Couvre-feu" d'Amir Ramsès, 2020

Pays : Égypte

"Curfew" s'appuie sur un scénario intrigant et un casting de stars. Le film se déroule à la fin de l'automne 2013 pendant le couvre-feu en Égypte et raconte l'histoire d'une femme nommée Faten le jour où elle est libérée de prison après avoir commis un crime horrible.

Ce long-métrage a été nominé pour le meilleur film au Festival international du film du Caire l'an dernier et son actrice principale, Ilham Shaheen a remporté le prix de la meilleure actrice.

“Photocopie” de Tamer Ashry, 2017

Pays : Égypte

Ce film réconfortant suit un vieil homme retraité du Caire qui donne un nouveau sens à sa vie. Cette production donne un aperçu de l'Égypte du XXe siècle et nous rappelle qu'il n'y a pas d'âge pour vivre pleinement sa vie et tomber amoureux.

Le film a reçu de nombreux prix, notamment celui du meilleur long-métrage arabe au Festival du film d'El Gouna et celui du meilleur film au Festival International du Film Oriental de Genève en 2019.

"Où est passé Ramsès ?" d'Amr Bayoumi, 2019

Pays : Égypte

Ce documentaire a été présenté en première mondiale lors de la 21e édition d'Ismaïlia, le Festival international du court-métrage et du documentaire, et a remporté le prix le plus prestigieux décerné par cet événement.

Le film suit le transfert de la statue de Ramsès II de la place du Caire portant le même nom vers le Grand Musée égyptien. Le réalisateur a utilisé les images rares qu'il a lui-même enregistrées pendant ce déménagement qui en 2006, a duré plus de douze heures dans l'atmosphère unique de la capitale égyptienne.

"Dream about Sohrab" d'Ali Ghavitan, 2020

Pays : Iran

"Dream about Sohrab" évoque la poésie de Sohrab Sepehri qui fut l'une des figures littéraires les plus influentes d'Iran au cours des cinq dernières décennies.

Dans ce film, le réalisateur Ali Ghavitan se rend à Kashan, une commune que Sohrab Sepehri considérait comme sa ville natale, et réside dans la maison d'un homme fou en quête d'informations spécifiques sur le poète. En raison de sa ressemblance physique avec Sohrab Sepehri, le réalisateur se glisse lui-même dans la peau de l'artiste qui était également peintre.

"Martin Eden" de Pietro Marcello, 2019

Pays : Italie

Ce film dramatique a remporté douze prix et fait l'objet de 52 nominations à travers le monde dont celui du meilleur film à la Mostra de Venise en 2019. L'acteur principal Luca Marinelli a également remporté la Coupe Volpi de la meilleure interprétation masculine, le principal prix décerné aux acteurs à la Mostra de Venise.

L'intrigue du film est centrée sur Martin Eden, un homme qui cherche avec passion à faire partie de l'élite littéraire italienne tout en luttant pour sortir de la pauvreté.

"Heureux comme Lazzaro" d'Alice Rohrwacher, 2018

Pays : Italie

Ce drame italien écrit et réalisé par Alice Rohrwacher a été sélectionné pour la Palme d'or au Festival de Cannes 2018. Et bien que cette récompense lui ait échappé, il a remporté le prix du meilleur scénario.

Dans ce film magnifique et original, un jeune paysan italien d'une bonté exceptionnelle se retrouve exploitée par une marquise, mais des touches de fantaisie et de mystère donnent à cette intrigue, un tour inattendu.

"The Road to Mother" d'Akan Satayev, 2016

Pays : Kazakhstan

Le film se déroule à l'époque où les Soviétiques imposaient des règles d'agriculture collective et de campement fixe à une région d'habitants nomades. L'histoire évolue sur des décennies de guerre au cours desquels une mère et son fils se battent pour être réunis.

"The Road to Mother" d'Akan Satayev a été sélectionné pour représenter le Kazakhstan dans la catégorie du meilleur film étranger lors de la 90e cérémonie des Oscars.

"Les Voleurs de chevaux" de Yerlan Nurmukhambetov, 2019

Pays : Kazakhstan

Cette production kazakho-japonaise suit une famille vivant sur les contreforts du Tianshan, la grande chaîne de montagnes qui traverse l'Asie centrale. Le drame survient lorsqu'une bande de voleurs de chevaux s'empare du troupeau qui appartenait au village et bouleverse la vie de la famille. Un mystérieux étranger leur vient en aide.

Le film a été nominé au Festival international du film de Shanghai pour le prix du public en 2020.