DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Englué dans la crise, le secteur aérien réclame une simplification des restrictions pour redécoller

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy avec AFP
euronews_icons_loading
Englué dans la crise, le secteur aérien réclame une simplification des restrictions pour redécoller
Tous droits réservés  FABRICE COFFRINI/AFP
Taille du texte Aa Aa

Le secteur aérien s'attend encore à vivre des heures difficiles en raison de la pandémie.

200 milliards de pertes en deux ans

Selon l'IATA, l'Association internationale du transport aérien, les compagnies devraient essuyer une perte cette année de plus de 51 milliards de dollars (estimation revue à la hausse par rapport à avril) et rester dans le rouge en 2022. Les pertes cumulées de l'aérien entre 2020 et 2022 devraient se chiffrer à plus de 200 milliards de dollars.

Le directeur général l'IATA, Willie Walsh, dénonce la multiplication et la complexité des règles sanitaires à travers le monde qui créent, selon lui, de la confusion chez les voyageurs et freinent la reprise du secteur : "Les gens veulent voyager (...) Mais ceux qui ont voyagé nous disent que les règles sont trop complexes et les formalités administratives trop lourdes."

Les gens veulent voyager (...) Mais ceux qui ont voyagé nous disent que les règles sont trop complexes et les formalités administratives trop lourdes.
Willie Walsh
Directeur général de l'IATA

L'IATA réclame la fin des restrictions pour les voyageurs vaccinés

La demande de voyages en avion au niveau mondial devrait se situer cette année à 40% des niveaux de 2019 pour atteindre 61% en 2022 avec de forts contrastes selon les zones d'activité.

Les perspectives sont ainsi positives pour les compagnies américaines, qui s'appuient sur un solide marché intérieur, alors que les compagnies européennes, davantage exposées aux réseaux long-courriers, souffrent des fermetures de frontières et des restrictions.

L'IATA réclame la suppression des restrictions pour les voyageurs vaccinés et la mise en place de protocoles sanitaires communs aux frontières.