This content is not available in your region

Inquiétudes sur la légalisation des refoulements aux frontières extérieures de l’UE

Access to the comments Discussion
Par Pedro Sacadura  & Euronews
euronews_icons_loading
Inquiétudes sur la légalisation des refoulements aux frontières extérieures de l’UE
Tous droits réservés  Fred MARVAUX/ European Union 2021 - Source : EP

Des accusations de refoulements, de violations des droits de l'homme et au moins huit décès. L'image de l'Europe forteresse semble faire son retour le long de sa frontière extérieure avec le Bélarus.

Les migrants qui tentent leur chance par cette nouvelle route se retrouvent pris au piège. La situation pourrait empirer si les Etats membres concernés décident de légaliser les refoulements prévient l'eurodéputée Tineke Strik qui s'est rendue dans la région. "La Commission européenne doit être ferme et cohérente à l'égard des trois pays membres car la Lituanie, la Pologne et la Lettonie sont en train d'adopter des législations identiques" à celle déjà mise en place en Hongrie. L’élue écologiste craint que le mouvement s’étende dans l’UE.

Les nouveaux flux migratoires par le Bélarus ravivent le spectre de la crise de 2015 lorsque les demandeurs d'asile tentaient de traverser la Méditerranée. La situation a laissé de profondes cicatrices entre les 27. La Commission européenne a présenté il y a un an une proposition de nouveau pacte sur la migration et l'asile. Mais les discussions sont dans l'impasse et les eurodéputés veulent amender le texte.

Mais ces difficultés politiques n'empêchent pas d'agir précise la société civile. "Les Etats membres n'opèrent pas dans un vide juridique. Ils ont des obligations claires selon le droit international et le droit européen", souligne la secrétaire générale de l’ECRE (European Council on Refugees and Exiles). Catherine Woollard estime d’ailleurs que ce pacte, s’il est adopté, sera confronté aux mêmes difficultés que celles rencontrées aujourd’hui. Elle appelle donc à dépasser ces obstacles le plus rapidement possible.

AP Photo/Mateusz Wodziński
Des migrants arrêtés en Pologne près de la frontière avec le BélarusAP Photo/Mateusz Wodziński

Pour la Commission la solution à court terme n'est pas la construction de murs et l'installation de barbelés, comme le souhaitent certains dirigeants européens. Pour le moment elle préfère maintenir son action contre le régime d’Alexandre Loukachenko.