This content is not available in your region

Ambition renforcée des pays du G20 sur le climat, au moment où débute la COP26

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Ambition renforcée des pays du G20 sur le climat, au moment où débute la COP26
Tous droits réservés  Gregorio Borgia/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

Devant la Fontaine de Trévi à Rome, la traditionnelle photo de famille des leaders du G20, soucieux de montrer leur unité. Très attendus sur le climat, alors que débute la COP26, les dirigeants de la planète se sont entendus sur un objectif de limitation de 1,5 degré de la température par rapport à l'ère préindustrielle. Une ambition renforcée alors que l'Accord de Paris avait fixé le plafond du réchauffement à 2 degrés.

Pour atteindre les objectifs de neutralité carbone, d'ici "le milieu du siècle", selon la formule un peu floue du communiqué final, les pays devront réaliser des investissements conséquents pour décarboner leurs économies, a insisté le Prince Charles :

"Il est évident que nous aurons besoin de milliards de dollars d'investissements chaque année pour créer les nouvelles infrastructures nécessaires et atteindre l'objectif climatique vital de 1,5 degré qui sauvera nos forêts et nos fermes, nos océans et notre faune."

Une déclaration qui va donc légèrement au-delà de l'accord de Paris avec un engagement à ne plus subventionner les centrales au charbon à l'étranger. Mais pas de date claire pour sortir complètement du charbon ou des énergies fossiles, ni pour arriver à la neutralité carbone.

"Si le G20 était une répétition en costumes pour la COP26, alors les leaders mondiaux ont raté leur réplique"
Jennifer Morgan
Directrice exécutive Greenpeace

"Tout ce que nous avons vu, c'était des demi-mesures plus que des actions concrètes", a renchéri Friederike Röder, vice-présidente de Global Citizen.

Top départ pour la COP

Après leur sommet romain, les dirigeants du G20 partiront directement pour Glasgow, où s'est ouvert dimanche la conférence climat de l'ONU, une réunion de deux semaines considérée comme cruciale pour l'avenir de l'humanité.

Ils peuvent "faire le succès ou enterrer l'espoir de garder l'objectif de à +1,5°C à portée", a commenté Alok Sharma, président de la COP26 qui accueillera lundi plus de 120 dirigeants du monde à Glasgow.

Le projet de communiqué final du G20 consulté par l'AFP, négocié jusqu'au bout de la nuit de samedi à dimanche, réaffirme l'objectif de l'accord de Paris de 2015, à savoir "maintenir l'augmentation moyenne des températures bien en-dessous de 2°C et poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5°C au-dessus des niveaux pré-industriels".

Mais il insiste en ajoutant: "Conserver (l'objectif de) 1,5°C à portée nécessitera des actions et des engagements significatifs et efficaces de tous les pays".

Neutralité carbone "au milieu du siècle" -

Pas de date précise non plus pour atteindre la neutralité carbone. Le G20 évoque seulement "le milieu du siècle". Un horizon moins précis que l'horizon de 2050 voulu notamment par la présidence italienne du G20, "mais tout à fait significatif, considérant la diversité des pays qui participent au G20", selon la présidence française. La Chine notamment s'est jusqu'ici seulement engagée pour 2060.

La COP26 est "le dernier et le meilleur espoir" de parvenir à limiter le réchauffement de la planète à +1,5°C, objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris, a déclaré son président, le Britannique, Alok Sharma à l'ouverture de cette conférence dimanche en Ecosse. Pendant la pandémie de Covid-19, "le changement climatique n'a pas pris de vacances. Tous les voyants sont au rouge sur le tableau de bord du climat", a-t-il ajouté.

Les derniers engagements de réduction des émissions des Etats de la planète mèneraient vers un réchauffement "catastrophique" de +2,7°C, selon l'ONU.