This content is not available in your region

Géorgie : des milliers de manifestants pour soutenir Saakachvili en grève de la faim

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Géorgie : des milliers de manifestants pour soutenir Saakachvili en grève de la faim
Tous droits réservés  Zurab Tsertsvadze/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Plusieurs milliers de Géorgiens se sont rassemblés samedi à Roustavi (sud-est) pour manifester leur soutien à l'ancien président Mikheïl Saakachvili qui poursuit depuis plus d'un mois une grève de la faim dans une prison de cette ville où il est détenu.

Les manifestants, qui scandaient le nom de M. Saakachvili, considéré comme le chef de l'opposition en Géorgie, se sont rassemblés devant la prison où il est détenu. Ils se sont engagés à manifester d'une manière permanente tant que l'ex-président n'aura pas été transféré dans un hôpital comme le recommandent les médecins.

"Il faut sauver la vie de Saakachvili. Nous donnons au gouvernement 24 heures pour le transférer dans un hôpital civil", a déclaré devant la foule Nika Melia, président du principal parti d'opposition, le Mouvement national uni (MNU) de l'ancien président. "Si cette demande n'est pas satisfaite, tous les Géorgiens se rassembleront lundi à Tbilissi Place de la Liberté", a-t-il ajouté.

Président de la Géorgie de 2004 à 2013, M. Saakachvili a été arrêté le 1er octobre à son retour d'exil en Ukraine, après avoir été condamné par contumace pour des accusations d'abus de pouvoir.Il a aussitôt entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention, selon lui à caractère politique. Il est en grève de la faim depuis 38 jours.

"Le droit de se suicider"

Dans un communiqué rendu public par ses avocats, Mikheïl Saakachvili a révélé que son état de santé s'était considérablement "aggravé" et que des "complications sérieuses" apparaissaient. Les médecins ont prévenu que M. Saakachvili était en danger de mort, souffrant de problèmes sanguins qui rendent sa grève de la faim particulièrement dangereuse.

Mais le ministère géorgien de la Santé a rejeté leur recommandation de le faire hospitaliser. Le Premier ministre Irakli Garibachvili a assuré que l'ancien président serait transféré "si nécessaire" dans un établissement pénitentiaire médicalisé, mais qui selon le Défenseur des droits du pays, ne correspond pas aux critères définis par le corps médical.

M. Garibachvili a fait scandale récemment en déclarant que M. Saakachvili "avait le droit de se suicider" et que le gouvernement avait été obligé de l'arrêter car il refuse de renoncer à la politique.

Des dizaines de milliers de manifestants s'étaient rassemblés en octobre à Tbilissi pour demander la libération de l'ancien président. L'emprisonnement de M. Saakachvili a encore aggravé dans ce pays la crise politique qui a commencé avec les législatives de l'an dernier, gagnées très étroitement par le Rêve géorgien et considérées comme frauduleuses par l'opposition.