This content is not available in your region

Législatives en Bulgarie : un nouveau parti veut bousculer la donne

Access to the comments Discussion
Par Damian Vodenitcharov
euronews_icons_loading
Kiril Petkov, le dirigeant du parti "Continuons le changement"
Kiril Petkov, le dirigeant du parti "Continuons le changement"   -   Tous droits réservés  Valentina Petrova/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

A la veille de nouvelles élections législatives en Bulgarie, de nombreux regards sont tournées vers un parti qui fait son entrée en politique. "Continuons le changement", est un mouvement formé par Kiril Petkov et Assen Vassilev. Les deux quadragénaires sont diplômes d'Harvard et détiennent pour seule expérience du pouvoir, leur rôle au sein du gouvernement intérimaire depuis 6 mois.

Un mandat de ministre "invalide"

Porté par le leitmotiv "zéro corruption", leur campagne a pourtant été entachée par un scandale concernant Kiril Petkov. Sa double nationalité canadienne bulgare a été jugée anti-constitutionnelle pour un ministre. Une décision de justice a même décrété son mandat invalide.

Lors d'un meeting de campagne près de la capitale Sofia, le candidat a déclaré à Euronews que toute l'affaire reposait sur des détails concernant la date de renonciation à sa citoyenneté canadienne. "C'était un coup de pub pour nos adversaires", a affirmé le dirigeant du mouvement, "la Constitution ne dit nulle part quand exactement votre citoyenneté doit être abandonnée. J'ai renoncé à ma citoyenneté canadienne le 21 avril, quelques semaines avant de devenir ministre".

Si la Cour constitutionnelle a décrété "nuls et non avenus" toutes les décisions et décrets portés par Kiril Petkov lors de son mandat de ministre de l'économie, le candidat affirme que cela a joué en sa faveur pour montrer les "intérêts privés du gouvernement".

Selon des estimations, "Continuons le changement", pourrait être l'un des plus importants partis politiques à siéger au Parlement après les élections de dimanche. Un score qui lui permettrait, peut-être, de constituer un gouvernement.