This content is not available in your region

Enquête sur l'assaut du Capitole : l'ex-chef de cabinet de Donald Trump en passe d'être inculpé

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Mark Meadows, ancien chef de cabinet de Donald Trump, l'ex-président des États-Unis (archives)
Mark Meadows, ancien chef de cabinet de Donald Trump, l'ex-président des États-Unis (archives)   -   Tous droits réservés  AP Photo

L'ancien chef de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows, est en voie d'être poursuivi en justice pour avoir refusé de témoigner auprès de la commission d'enquête sur l'assaut du Capitole.

C'est ce qu'a voté la commission parlementaire, au ministère de la justice d'en décider.

La pression monte donc encore dans l'entourage de l'ancien président des États-Unis.

Le mois dernier, le ministère de la Justice a déjà inculpé pour "outrage au Congrès" Steve Bannon, ancien conseiller et allié de longue date de Donald Trump. Lui aussi refuse de coopérer à cette enquête. Il encourt entre trente jours et un an de prison et sera jugé par un tribunal fédéral. Mais la bataille judiciaire pourrait prendre des mois ou des années, ce qui risquerait de saper l’enquête. 

Lors du vote, lundi, la représentante démocrate Liz Cheney a dévoilé des messages envoyés ce 6 janvier à Mark Meadows par Donald Trump Jr, le fils du président, et par des personnalités de la chaîne conservatrice Fox News, l'exhortant à demander au président de prendre la parole afin de faire reculer ses partisans, qui prenaient d'assaut le Congrès.

Toujours selon les documents obtenus par la commission, un courriel de mark Meadows daté du 5 janvier indiquait que la "Garde nationale était en attente pour protéger les personnes pro-Trump". 

L'ancien chef de cabinet a refusé d'expliquer ce qu'il voulait dire. 

Or cette question est d'un grand intérêt pour les enquêteurs du Congrès qui cherchent à savoir si Donald Trump a joué un rôle dans le long délai qui s'est écoulé entre l'appel à l'aide de la police du Capitole et l'arrivée de la garde nationale trois heures plus tard, dans un capitole alors envahi par des émeutiers pro-Trump.

Cette enquête parlementaire, qui a déjà entendu plus de 150 témoins, doit déterminer le rôle précis de l'ex-président républicain dans l'attaque du Capitole qui a fait cinq morts et ébranlé la démocratie américaine le 6 janvier 2021.

Sources additionnelles • AP, AFP