This content is not available in your region

Mer Égée : au moins 30 morts en une semaine dans des naufrages de bateaux de migrants

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Mer Égée : au moins 30 morts en une semaine dans des naufrages de bateaux de migrants
Tous droits réservés  Aggelos Barai/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

L'ONG allemande Sea-Watch a annoncé samedi avoir secouru en tout plus de 270 migrants en Méditerranée centrale dans le cadre de trois opérations menées depuis vendredi.

Après un premier sauvetage vendredi matin de 93 migrants qui se trouvaient dans les eaux internationales au sud de l'île italienne de Lampedusa, le navire Sea Watch 3 a porté assistance à deux bateaux gonflables en détresse pendant la nuit et tôt le matin du samedi de Noël, a annoncé l'ONG sur son compte Twitter.

Il y avait environ 100 et 80 personnes à bord de ces deux canots pneumatiques surpeuplés qui ont été secourus à environ 38 milles marins des côtes libyennes, a précisé un porte-parole à l'AFP.

À ces 270 migrants, s'ajoutent 330 personnes secourues ces derniers jours par le navire Sea Eye 4 et l'Ocean Viking, affrété par SOS Méditerranée.

Des naufrages en Mer Égée

Les garde-côtes grecs étaient à la recherche samedi de survivants après le naufrage d'un nouveau bateau chargé de migrants en mer Egée. La veille, ils avaient récupéré les corps de 16 migrants - 12 hommes, trois femmes et un bébé - et secouru 63 autres qui se trouvaient à bord d'un bateau ayant fait naufrage près de l'île de Paros.

Selon les survivants, quelque 80 migrants se trouvaient sur cette embarcation.

Ce dernier drame, le troisième depuis mercredi, porte à au moins trente le nombre de migrants ayant péri cette semaine en tentant de joindre l'Europe, la multiplication de ces incidents inquiétant les autorités grecques.

"Ces jours-ci, l'activité criminelle des passeurs, qui sont indifférents à la vie humaine, s'est intensifiée, entassant des dizaines de personnes en détresse, sans gilets de sauvetage, sur des bateaux qui ne répondent même pas aux normes de sécurité de base", a affirmé tard vendredi Giannis Plakiotakis, le ministre des Affaires maritimes.

Il a accusé la Turquie voisine, "qui laisse les passeurs agir en toute impunité".

Frontière polono-bélarusse

Cette crise des réfugiés ne se se limite plus à la mer. La frontière entre la Pologne et le Bélarus est devenu un point de passage vers l'Europe occidentale, les migrants étant incités par les forces bélarusses à traverser.

D'après les garde-frontières polonais, 69 tentatives de franchissement ont eu lieu pendant cette période de Noël.