This content is not available in your region

Dernier adieu à l'archevêque Desmond Tutu lors d'une cérémonie modeste

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Desmond Tutu, pourfendeur historique de l'apartheid est enterré ce samedi 1er janvier au Cap.
Desmond Tutu, pourfendeur historique de l'apartheid est enterré ce samedi 1er janvier au Cap.   -   Tous droits réservés  AP

La messe de requiem pour Desmond Tutu, dans la cathédrale anglicane du Cap où il a prêché de toutes ses forces contre le régime raciste de l'apartheid, a permis samedi à ses proches et à tous les Sud-Africains endeuillés de dire un dernier adieu à leur archevêque chéri.

Sous un ciel lourd et une bruine fine, la famille et les amis, prêtres et dignitaires, sont arrivés au compte-gouttes dans l'église pour une cérémonie que Mgr Tutu, décédé le 26 décembre à 90 ans, a voulu simple et épurée et dont il avait choisi les textes et orateurs.

Le président Cyril Ramaphosa devait prononcer l'éloge funèbre après la communion et remettre à la veuve de Tutu, "Mama Leah" comme l'appellent tendrement les Sud-Africains, un drapeau national.

"Si l'archevêque Desmond Tutu était là, il aurait dit 'hey, hey, pourquoi avez-vous l'air si triste, si malheureux'. Il aurait voulu nous faire sourire, rire. Desmond Tutu était une personne comme ça", a dit Cyril Ramaphosa lors de son discours devant les proches de l’archevêque. 

Une cérémonie d'obsèques à l'image de l’archevêque

Le cercueil dans lequel a reposé les deux jours précédents dans la cathédrale Saint-Georges, pour que des milliers de personnes viennent honorer la mémoire de ses combats et de ses enthousiasmes, est en pin clair. Il avait demandé "le moins cher possible".

Pas de poignées en or, de simples bouts de corde pour pouvoir le transporter. Dessus, un bouquet d'œillets blancs. Mgr Tutu ne voulait pas d'autre fleur dans l'église.

Un ami proche et de longue date de "The Arch", l'ancien évêque Michael Nuttall, a été choisi par le défunt pour faire le sermon. Quand Tutu était archevêque, Nuttall était son "numéro deux".

Leur lien, "a sans doute touché une corde sensible dans le coeur et l'esprit de beaucoup: un dirigeant noir dynamique et son adjoint blanc dans les dernières années de l'apartheid, ce n'était pas rien. Et le ciel ne s'est pas effondré!", a-t-il raconté depuis l'autel.

La semaine a été émaillée par des hommages à Mgr Tutu dans tout le pays et au-delà. Les Sud-Africains se sont souvenus de sa ténacité et de sa grâce face au régime oppresseur de Pretoria.

A Soweto notamment, où il a prêché longtemps, il avait dénoncé la violence contre les lycéens lors des émeutes de juin 1976, réprimées dans le sang. Peu à peu, il devient la voix de Nelson Mandela, enfermé sur Robben Island. La police et l'armée le menacent. Seule sa robe lui évite alors la prison.