This content is not available in your region

Attentat de l'aéroport de Kaboul : la CIA pointe la responsabilité des talibans

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Attentat de l'aéroport de Kaboul : la CIA pointe la responsabilité des talibans
Tous droits réservés  Rahmat Gul/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

Qui est responsable de l'attentat du 26 août 2021 à l'aéroport de Kaboul, revendiqué par l'État islamique ? D'après la CIA, le kamikaze ayant tué près de 200 personnes dont 13 militaires américains était un ancien détenu de la prison de Parwan située près de la base de Bagram, libéré par les talibans.

Dans un rapport, les services de renseignements des États-Unis estiment avoir identifié l'auteur de l'attentat-suicide, Abdul Rahman Logari, ancien étudiant en ingénierie en Inde et membre de l'organisation État islamique.

D'après le New York Times, en 2017 la CIA a informé des agents de renseignement indiens qu'Abdul Rahman Logari projetait de commettre un attentat-suicide à New Delhi. Après avoir déjoué l'attentat, l'Inde a remis le suspect à la CIA, qui l'a envoyé en Afghanistan pour y purger sa peine. Il y serait resté jusqu'à sa libération, survenue dans le chaos qui a suivi la chute de Kaboul.

Démenti des talibans

Les services américains affirment que l'Émirat islamique (le régime taliban) avait libéré 12 000 prisonniers, dont 6 000 talibans et 1 800 membres de l'État islamique, ainsi qu'une trentaine de membres d'Al-Qaïda.

Des accusations démenties par Kaboul, qui estime que de nombreux détenus s'étaient enfuis avant leur prise de pouvoir car "les prisons étaient déjà dévastées" a affirmé Anamullah Samangani, porte-parole adjoint de l'Émirat islamique.

"Les prisonniers pouvaient s'échapper car les surveillants avaient déserté leur postes" a-t-il précisé, alors que le pays était en plein chaos.

"Il n'a pas encore été déterminé si l'attaque a été menée par quelqu'un qui a été libéré de prison car l'intervalle de temps entre les deux événements était trop court pour planifier l'attaque" a-t-il ajouté.

Ce démenti intervient alors que le régime taliban cherche à obtenir une reconnaissance internationale afin de récupérer les actifs bancaires afghans détenus à l'étranger, et de recevoir des aides financières. L'Émirat islamique affirme par ailleurs que les combattants de l'État islamique ne sont pas tolérés sur le territoire.