PUBLICITÉ

Pour parler de l'Ukraine, Russes et Américains se sont donné rendez-vous "la semaine prochaine"

Pour parler de l'Ukraine, Russes et Américains se sont donné rendez-vous "la semaine prochaine"
Tous droits réservés AP/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés AP/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La crise russo-occidentale autour de l'Ukraine menace toujours de dégénérer. Mais après des semaines d'escalade verbale, le ton des dernières négociations vendredi a été plus détendu : il y en aura d'autres la semaine prochaine entre Russes et Américains.

PUBLICITÉ

Pour parler de l'Ukraine, Russes et Américains se sont donné rendez-vous "la semaine prochaine", après des pourparlers qui ont eu lieu hier, discussions qualifiées de "franches". La crise russo-occidentale autour de l'Ukraine menace toujours de dégénérer. Après des semaines d'escalade verbale, le ton des dernières négociations a été plus détendu. Le pire pourrait être évité, espère Antonio Guterres, le Secrétaire général des Nations unies :

"Il est clair que mon message est qu'il ne devrait pas y avoir d'intervention militaire dans ce contexte, déclare Antonio Guterres. Je pense que la diplomatie est le moyen de résoudre les problèmes. Bien sûr, toute invasion d'un pays vers un autre pays est contraire au droit international, et j'espère que cela ne se produira pas dans les circonstances actuelles. Je suis convaincu que cela n'arrivera pas, et j'espère fortement avoir raison."

Des milliers militaires russes poursuivent leurs exercices à la frontière avec l'Ukraine.

L'Allemagne annonce qu'elle va livrer en février à l'Ukraine, un "hôpital de campagne", avec la formation du personnel nécessaire. Une aide de 5,3 millions d'euros, mais pas question de livrer des armes précise Berlin, estimant que cela ne ferait qu'aggraver les tensions.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Purges dans l'armée russe continuent, le chef d'état-major adjoint détenu

Les pays baltes inquiets après l'annonce de la Russie de "réviser" ses frontières

L'Estonie fait face à une hausse des attaques hybrides russes