PUBLICITÉ

Heidelberg : le tireur était un étudiant allemand de 18 ans qui souffrait de troubles psychotiques

Heidelberg : le tireur était un étudiant allemand de 18 ans qui souffrait de troubles psychotiques
Tous droits réservés DANIEL ROLAND/AFP
Tous droits réservés DANIEL ROLAND/AFP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le tireur d'Heidelberg était un étudiant en biologie de 18 ans. Le jeune Allemand était psychotique, il avait laissé un message peu avant d'ouvrir le feu dans l'université.

PUBLICITÉ

La police a retrouvé "plus d'une centaine de munitions" dans le sac à dos du tireur de l'université de Heidelberg.

L'auteur de l'attaque était un étudiant allemand de 18 ans inscrit en biologie.

Le jeune homme a ouvert le feu dans un amphithéâtre de l'université, il a tué une étudiante allemande de 23 ans et blessé trois autres personnes.

Selon les enquêteurs, les premiers indices montrent que le tireur souffrait "d'une maladie psychique de longue date".

L'étudiant en biologie aurait agi seul, il n'était pas connu de la police, il ne disposait pas d'un permis de port d'arme et avait pourtant sur lui deux armes à feu qui avaient été achetées à l'étranger.

L'assaillant a ouvert le feu autour de lui pendant qu'un cours avait lieu peu.

Le tireur avait laissé un peu plus tôt un message WhatsApp sur le téléphone de son père.

Dans son message, le tireur écrivait "les gens doivent être punis maintenant" et exprimait le souhait que ses funérailles se déroulent en mer.

L'assaillant s'est suicidé, son corps a été retrouvé à l'extérieur des salles de cours.

À Berlin, le chancelier Olaf Scholz a exprimé sa "consternation" après la fusillade.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une école évacuée à Hambourg, deux adolescents arrêtés, leurs armes étaient factices

Les chars américains Abrams bientôt en Ukraine pour soutenir la contre-offensive

Benjamin Netanyahu réagit à la menace américaine de suspendre des livraisons d’armes