Pologne : la construction du mur fait toujours débat dans le pays et dans l'UE

Pologne : la construction du mur fait toujours débat dans le pays et dans l'UE
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Magdalena Chodownik
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour les autorités polonaises, le mur à la frontière avec le Bélarus empêchera des milliers de migrants d'entrer dans l'Union européenne. Le projet est vivement dénoncé par les associations de défense des droits humaines et écologistes.

PUBLICITÉ

Alors que le chantier a démarré officiellement la semaine dernière, la construction du mur à la frontière entre la Pologne et le Bélarus continue de faire débat dans le pays, et au sein de l'Union européenne. Pour les parlementaires polonais, qui ont validé le projet fin octobre dernier, ce mur doit permettre d'empêcher l'arrivée de milliers de migrants venus du Bélarus. Minsk est accusé d'orchestrer cette crise migratoire à la frontière.

Long de 186 km et haut de 5 mètres, le mur devrait coûter près de 350 millions d'euros. "Pour nous, ce sera un élément important du système de protection des frontières. Dans cette pression migratoire, chaque garantie supplémentaire est nécessaire. Il y a des endroits où les barrières physiques ne seront pas installées, parce qu'il y a des rivières ou des marécages. Nous protégerons ces sections de frontière différemment, ou bien, il y aura une barrière électronique", explique la garde frontière Anna Michalska.

Le mur va réduire de moitié l'écosystème de la forêt de Białowieża.
Justyna Pawluskiewicz
Membre de l’initiative "Non au mur"

Le projet est vivement critiqué par les association de défense des droits humains, qui craignent que les migrants ne soient plus en mesure de présenter une demande d'asile, mais aussi par les associations écologistes. "Tout le monde ne croit pas qu'une chose aussi stupide qu'un mur protégera quoi que ce soit, car il détruira la nature et n'aidera pas les humaine", estime Justyna Pawluskiewicz, de l'initiative "Non au mur". "La situation à la frontière va devenir de plus en plus mauvaise à cause du mur, comme nous l'avons vu dans d'autres pays  les États-Unis et l'Allemagne il y a longtemps. Il va réduire de moitié l'écosystème de la forêt de Białowieża."

Certains estiment enfin que le mur n'empêchera pas les migrants de tenter de franchir la frontière, comme l'explique Shamsul Rahman, un exilé qui a emprunté cette route il y a quelques mois de cela. "Chacun a la responsabilité de prendre soin de son territoire, de sa terre et de sa maison. Mais je pense que ce mur ne pourra pas empêcher les migrants de venir. Les passeurs et les migrants choisiront une autre voie. S'ils voient qu'une route est bloquée, ils choisiront sans aucun doute un autre chemin pour se rendre dans des pays qu'ils jugent meilleur."

Ce mur ne pourra pas empêcher les migrants de venir. Les passeurs et les migrants choisiront une autre voie.
Shamsul Rahman
exilé

Le gouvernement polonais a soumis une demande d'aide financière à l'UE pour la construction du mur. Interrogé sur ce financement, le bureau des gardes-frontières polonais a répondu qu'il disposait de "fonds spécialement alloués", sans en préciser la source. On ne sait pas encore si la Pologne sera soutenue par l'UE, et les débats sont toujours en cours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Pologne a annoncé une modernisation accélérée de sa frontière avec le Bélarus

Logiciel espion Pegasus : une longue liste de victimes et une commission d'enquête parlementaire

Pologne, Allemagne et Pays-Bas créent un "Schengen des armées" de l'Otan