This content is not available in your region

Ukraine : Emmanuel Macron et Vladimir Poutine à la recherche d'un compromis

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse commune à Moscou (Russie), lundi 7 février 2022.
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse commune à Moscou (Russie), lundi 7 février 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Sergei Guneyev (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Le président français Emmanuel Macron est en route mardi pour Kiev où il doit rencontrer son homologue Volodymyr Zelensky après avoir présenté à Moscou - qui s'est dit prêt à _"des compromis" - _ses propositions pour désamorcer la crise autour de l'Ukraine.

Les Occidentaux craignent une invasion de l'Ukraine, des dizaines de milliers de soldats russes étant déployés à la frontière ukrainienne.

Selon la présidence française, les propositions de M. Macron concernent un engagement à ne pas prendre de nouvelles initiatives militaires des deux côtés, l'amorce d'un dialogue notamment sur le dispositif militaire russe ou encore des négociations de paix sur le conflit en Ukraine et le début d'un dialogue stratégique.

Photo : Sergei Guneyev (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)
Le président français Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse commune avec le président russe, lundi 7 février 2022.Photo : Sergei Guneyev (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Au terme de plus de cinq heures de discussion, le président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi que "certaines des idées" de son homologue français pourraient "jeter les bases d'avancées communes" et doit reparler au chef de l'Etat français après son déplacement à Kiev.

"Le président Poutine m'a assuré de sa disponibilité à s'engager dans cette logique et de sa volonté de maintenir la stabilité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a dit M. Macron.

Une guerre Russie-Otan "n'aurait pas de vainqueur"

"Nous ferons tout pour trouver des compromis qui pourront satisfaire tout le monde", a affirmé le maître du Kremlin, assurant que ni lui ni M. Macron ne veulent d'une guerre Russie-Otan qui "n'aurait pas de vainqueur".

Il n'a en revanche dit mot de ses projets concernant les dizaines de milliers de soldats russes campant toujours aux frontières de l'Ukraine et qui laissent craindre une invasion.

"Le président Poutine m'a assuré de sa disponibilité à s'engager dans cette logique et de sa volonté de maintenir la stabilité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine"
Emmanuel Macron
¨Président français

M. Poutine a de nouveau dénoncé le refus occidental de lui céder sur la fin de la politique d'élargissement de l'Otan et le retrait de ses moyens militaires d'Europe de l'Est, tout en niant menacer l'Ukraine.

Une nouvelle fois, il a accusé l'Ukraine d'être seule responsable de l'impasse dans laquelle se trouvent les pourparlers de paix dans le conflit opposant Kiev à des séparatistes prorusses, parrainés par Moscou malgré les dénégations du Kremlin.

Photo : Thibault Camus (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)
Le président russe Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse commune avec le président français, le 7 février 2022; à Moscou.Photo : Thibault Camus (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)

Il s'est permis une remarque à l'adresse du président ukrainien, qui s'est montré critique à l'égard d'éléments du plan du paix négocié en 2015 entre Kiev et Moscou via une médiation franco-allemande.

"Que ça te plaise ou non, ma jolie, faudra supporter", a lâché M. Poutine.

La Russie a déjà annexé une partie de l'Ukraine en 2014, la péninsule de Crimée. Depuis la même année, des rebelles soutenus par Moscou sont aussi en guerre avec l'armée ukrainienne dans l'est de ce pays.

Le président français est le premier dirigeant occidental de premier plan à avoir rencontré Vladimir Poutine depuis l'aggravation des tensions en décembre. Le chancelier allemand Olaf Scholtz rencontrera à son tour Vladimir Poutine à Moscou, le 15 février, après un passage par Kiev.