L'inquiétude des Ukrainiens d'Italie face aux menaces de guerre avec la Russie

L'inquiétude des Ukrainiens d'Italie face aux menaces de guerre avec la Russie
Tous droits réservés AP Photo/Gregorio Borgia
Tous droits réservés AP Photo/Gregorio Borgia
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

De nombreux Ukrainiens vivant en Italie suivent avec inquiétude la situation avec la Russie.

PUBLICITÉ

L'Italie est le pays de l'Union européenne qui abrite le plus grand nombre d'Ukrainiens. Ils sont près de 200 000 à vivre et travailler dans la péninsule, surtout dans le nord du pays, dans la région d'Émilie-Romagne, mais aussi à Rome et à Naples. .

Environ 80 % d'entre eux sont des femmes qui travaillent comme aides-soignantes ou femmes de ménage.

Tous sont préoccupés par la situation dans leur pays d'origine :  

"Nous étions très bien avec l'Union soviétique parce que je pouvais étudier gratuitement. Nous avons toujours eu de bons salaires. Quand nous nous sommes séparés de la Russie, de gros problèmes ont commencé. Maintenant ils parlent de guerre mais les pauvres n'ont peut-être pas peur parce que ça ne peut pas être pire que la façon dont ils vivent maintenant" explique cette femme.

"Je suis très inquiet parce que notre grand ami - pour ainsi dire - la Russie a fait du mal à notre peuple pendant de nombreux siècles" dit cet homme.

Alors que certains ne peuvent que regarder et s'inquiéter, ceux qui le peuvent, font venir des membres de leur famille en Italie : "Je viens d'une ville qui est la plus proche de la frontière avec la Russie. Elle s'appelle Kharikov. La situation est très tendue. Les gens ont très peur parce que les troupes sont déployées et les gens disent que demain, après-demain, il y aura une invasion. La situation est très difficile, voilà ce que je peux dire."

En attendant, beaucoup cherchent du réconfort dans leur foi et espèrent que les efforts diplomatiques l'emporteront.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Matteo Salvini survit à une motion de défiance sur ses liens avec Moscou

Frappes mortelles russes sur le centre de l'Ukraine, Kyiv affirme avoir abattu un bombardier russe

Conséquences d'une frappe russe sur Dnipro