Paiement du gaz russe en roubles : quel est l'impact réel ?

Une pompe dans un ancien champ pétrolifère à Emlichheim, en Allemagne. La France et l'Allemagne se "préparent" à un arrêt des livraisons de gaz russe.
Une pompe dans un ancien champ pétrolifère à Emlichheim, en Allemagne. La France et l'Allemagne se "préparent" à un arrêt des livraisons de gaz russe. Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Par Camille PauvarelEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A partir de ce vendredi, la Russie demande aux pays opposés à la guerre en Ukraine de payer leurs factures de gaz en roubles. Une mesure symbolique, balayée par les Européens.

PUBLICITÉ

L’exigence russe du règlement des livraisons de gaz en roubles par les pays jugés "inamicaux" soit ceux qui s'opposent à la guerre en Ukraine, a été rejetée par les Européens. Ces derniers, notamment l'Allemagne ou la France s'appuient sur les contrats qui stipulent des paiements en dollars ou en euros.

Depuis la mise en place de sanctions par les occidentaux, le cours de la monnaie russe chute et perd de sa valeur. Si la mesure est justifiée par Vladimir Poutine comme visant à "renforcer la souveraineté économique et financière" de la Russie, notre journaliste russe Galina Polonskaya a échangé avec un analyste qui pense que la mesure risque de créer "un chaos dans tout le système des paiements".

Le chef du Kremlin souhaite que les sociétés importatrices de gaz russes ouvrent un compte bancaire dans des banques dans son pays. La mesure peut semer la confusion mais ne change en réalité rien pour les acheteurs, les sociétés pourront régler dans leur devise auprès de Gazprombank, l’institution bancaire de l’énergéticien Gazprom qui se chargera de changer la somme en roubles. La Russie oblige déjà ses exportateurs, y compris Gazprom, à convertir 80% de leur chiffre d'affaires en roubles.

Pour l'instant, Vladimir Poutine tente de maintenir le rouble à flot en portant les taux d'intérêt à 20 %. Mais si les sanctions s'amplifient, il n'aura pas beaucoup plus de marge de manœuvre, car le système financier russe est coupé des principaux marchés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : l'UE devrait-elle interdire toutes les importations de gaz et de pétrole russes?

L'UE veut réduire sa dépendance au gaz russe, et les USA vont l'y aider

Inondations en Russie : des centaines de sinistrés manifestent pour obtenir des compensations