La menace des armes nucléaires russes pèse sur l'Ukraine

Un soldat ukrainien
Un soldat ukrainien Tous droits réservés Max Pshybyshevsky/Associated Press
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pas seulement inquiet pour l'Ukraine, mais pour le monde entier : le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que le risque que la Russie utilise son arsenal nucléaire est une menace réelle, reprenant les avertissements du directeur de la CIA.

PUBLICITÉ

Pas seulement inquiet pour l'Ukraine, mais pour le monde entier : le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que le risque que la Russie utilise son arsenal nucléaire est une menace réelle, reprenant les avertissements du directeur de la CIA :

"Compte tenu du désespoir potentiel du président Poutine et des dirigeants russes, compte tenu des revers qu'ils ont subis sur le plan militaire, nous ne prenons pas à la légère la menace que représente un recours potentiel aux armes nucléaires tactiques ou aux armes nucléaires à faible puissance, a déclaré William Burns, directeur de la Central Intelligence Agency. Nous avons vu le Kremlin prendre des positions rhétoriques sur le passage à des niveaux d'alerte nucléaire plus élevés. Jusqu'à présent, nous n'avons pas vu beaucoup de preuves pratiques de déploiements".

Aujourd'hui, la Russie possède le plus grand arsenal nucléaire du monde avec plus de 6 257 têtes nucléaires.

Environ 2 000 des ogives nucléaires sont des armes à courte portée, dites "tactiques".

Il s'agit d'armes nucléaires beaucoup plus petites, conçues pour être utilisées sur le champ de bataille contre des formations de troupes, des chars ou des installations et bunkers militaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pour faire face au manque de munitions, l'Ukraine investit dans la production locale

Défense antiaérienne : la pénurie de missiles pénalise l'Ukraine

La Russie prévoit l'évacuation de 9 000 enfants de villages frontaliers avec l'Ukraine