This content is not available in your region

Premier-mai social et pour l'Ukraine : d'Istanbul à Paris, des heurts ont émaillé les manifestations

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP, AFP
euronews_icons_loading
Premier-mai 2022 à Paris
Premier-mai 2022 à Paris   -   Tous droits réservés  Lewis Joly/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

En ce premier mai, une semaine tout juste après la réélection d'Emmanuel Macron, plus d'une centaine de milliers de personnes ont défilé en France et à Paris de nombreux accrochages ont opposé les forces de l'ordre à des groupes de jeunes habillés en noir. Huit pompiers auraient été blessés, 50 personnes interpellées et plusieurs dizaines d'enseignes saccagées.

La mobilisation a été supérieure à celle de l'an dernier dans l'ensemble de la France, où la CGT a revendiqué 210 000 manifestants, contre 170 000 l'an dernier. Le ministère de l'Intérieur a fait état de 116 500 manifestants contre 106 650 en 2021.

Italie

En Italie, après deux années de restrictions anti-covid, Rome a vu le retour du traditionnel concert de la Fête du travail sur la place Saint-Jean.

Les confédérations syndicales avaient pour message : "Au travail pour la paix", avec des slogans pour la paix en Ukraine et davantage de justice sociale.

"On peut respirer un peu de liberté" se réjouit un jeune homme. "De voir tous ces gens ici, sans masques, qui rient et plaisantent, qui sont ensemble. Et ne pas penser une seconde que Covid, c'est enivrant."

Allemagne

En Allemagne, le chancelier Olaf Scholz a profité de ce Premier-mai pour répondre à une lettre ouverte où des écrivains et des philosophes lui demandent de cesser l'envoi d'armes lourdes à l'Ukraine.

Cela doit paraître cynique pour un citoyen ukrainien de s'entendre dire de se défendre contre l'agression de Poutine sans arme
Olaf Scholz
Chancelier allemand

Olaf Scholz, chancelier allemand : "Je respecte tout pacifisme, je respecte toutes les attitudes, mais cela doit paraître cynique pour un citoyen ukrainien de s'entendre dire de se défendre contre l'agression de (Vladimir) Poutine sans armes. C'est dépassé."

Grèce

En Grèce, des milliers de manifestants ont défilé à Athènes et réclamé davantage de mesures pour soutenir le pouvoir d'achat.

En ce jour de la Fête du travail, le gouvernement grec a relevé de 50 euros le salaire minimum qui s'élève désormais à 713 euros par mois alors que les syndicats réclament un minimum de 825 euros.

L'inflation en Grèce atteint en avril 9,4 %.

Espagne

À Madrid aussi, environ 10 000 personnes sont descendues dans les rues de la capitale espagnole pour réclamer des augmentations de salaires et des mesures face à l'inflation.

À travers l'Espagne, les cortèges ont fustigé la hausse du coût de la vie, des prix des logements et la dégringolade du pouvoir d'achat.

Turquie

Premier-mai particulièrement tendu à Istanbul où des dizaines de personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre.

Les heurts ont eu lieu alors que plusieurs groupes cherchaient à rejoindre la place Taksim, épicentre des grandes protestation anti-gouvernementale de 2013 et aujourd'hui fermée au trafic et aux défilés.