This content is not available in your region

Covid-19 : premier mort officiel en Corée du Nord

Access to the comments Discussion
Par Valentine Hullin  & AFP
euronews_icons_loading
Un employé désinfecte la salle d'exposition à Pyongyang (Corée du Nord)
Un employé désinfecte la salle d'exposition à Pyongyang (Corée du Nord)   -   Tous droits réservés  Jon Chol Jin/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Elle pensait pouvoir y échapper. La Corée du Nord reconnaît officiellement le décès d'un patient des suites du Covid-19 et de cinq personnes souffrant de "fièvre". Des milliers d'autres cas suspects inquiètent les médecins.

Jeudi, le pays avait rendu public un cas de contamination au variant Omicron. Dans la foulée, son dirigeant Kim Jong-un, avait annoncé un confinement national strict.

Tweet du compte Corée du Nord INFO datant du 12.05

Au total plus 350 000 cas de "fièvre" ont été recensé depuis la fin du mois d'avril. Près 188 000 personnes sont toujours soignées et isolées.

Les scientifiques semblent s'accorder sur la date du 25 avril dernier pour expliquer, en partie, le rythme de propagation du virus. Ce jour-là, la nation célébrait le 90ème anniversaire de l'Armée populaire révolutionnaire de Corée. 20 000 personnes s'étaient données rendez-vous à Pyongyang, la capitale, pour assister au défilé militaire. 

"Situation de santé publique grave"

L'analyste Cheong Seong-Chang, de l'Institut sud-coréen Sejong, estime que la pandémie pourrait durer des mois, voire jusqu'en 2023.

Son confrère, le professeur Leif-Eric Easley, de l'université Ewha de Séoul (Corée du Sud) partage le même avis. "Pour que Pyongyang admette publiquement des cas d'Omicron, la situation de santé publique doit être grave", estime-t-il. 

"C'est le défi le plus important et la tâche suprême que doit relever notre parti pour inverser rapidement la situation de crise immédiate en matière de santé publique, rétablir la stabilité de la prévention des épidémies et protéger la santé et le bien-être de notre peuple", a déclaré l'Agence centrale de presse coréenne (KCNA), citant le chef d'Etat, Kim Jong-un.

Population non vaccinée, système de santé défaillant, équipements médicaux insuffisants... La crise s'annonce majeure.

Un appel à l'aide ?

Au cours des deux années de pandémie, la Corée du Nord s'était longtemps vantée de sa capacité à tenir à l'écart le Covid-19. 

Cette fois la situation semble différente. Certains experts estiment que cette annonce témoigne de la volonté du pays de recevoir une aide extérieure. 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré jeudi que Pékin proposait à la Corée du Nord de l'accompagner pour face à l'épidémie."En tant que camarade, voisin et ami, la Chine est prête à apporter son soutien et son assistance à la RPDC (République Populaire Démocratique de Corée, NDLR_) dans la lutte contre l'épidémie_", a déclaré le haut-fonctionnaire.